Immigration en France : les chiffres du déni

L’interdiction des statistiques ethniques est un cache-sexe misérable qui vise à rassurer, à dissimuler, à entretenir des illusions, à faire croire que le ressenti individuel est « une péripétie du quotidien ». Ainsi, selon le démographe Hervé Le Bras, compte tenu des mouvements d’entrées et de retours, l’immigration en France n’a pas augmenté depuis vingt ans. Fermez le ban !

Comment en savoir plus

Il est reconnu que le nombre de demandeurs d’asile a augmenté en 2016 et il est probable qu’il augmente encore en 2017 et les années suivantes. Le taux d’acceptation ne variant guère, le nombre de bénéficiaires du droit d’asile suit. C’est fatal de par les dispositions de la convention de Genève, les guerres et persécutions. Selon le Premier ministre, il faut s’en réjouir car nous n’avions pas jusqu’à présent pris la part que nous aurions dû prendre.

On nous dit depuis au moins 10 ans que les reconduites des demandeurs d’asile déboutés seront sinon systématiques, du moins beaucoup plus nombreuses ? Ce qui ne résulte pas des statistiques communiquées toujours avec un grand décalage et jamais vérifiées. Combien de reconduites en juillet ? Combien sont prévues en août et septembre ? Quel est le coût de ces reconduites ? Combien de ces reconduits au cours des dernières années sont revenus clandestinement ?

Du regroupement familial comme dogme

On nous dit depuis près de trente ans que des accords seront passés avec des Etats africains afin que ceux qui envisagent de quitter leur pays puissent trouver du travail chez eux. Combien d’accords ont été conclus ? Quel a été le montant versé par la France ? Les résultats ont-ils été évalués ? Quel sera le montant affecté à ces accords en 2018 et les années suivantes ?

On nous dit que le regroupement familial ne concerne qu’environ 25 000 personnes par an. La Cour des comptes a-t-elle procédé à une vérification de ces données ? Est-il envisagé de modifier les critères, voire de suspendre cette faculté ?

On nous dit que le nombre de naturalisations est constant, sans qu’on puisse le vérifier. Les conditions requises vont-elles évoluer, notamment en ce qui concerne la déclaration sur l’honneur de ne pas participer à des mouvements racistes , antisémites et antisionistes, puisque selon le président « l’antisionisme est la forme déguisée de l’antisémitisme » et constitue donc un délit ?

Combien ça coûte?

On nous dit que l’immigration rapporte plus qu’elle ne coûte. Ce qui suppose qu’on connaît le coût global de l’immigration et sa décomposition. Mais ces données restent secrètes. Transparence sur les remboursements de frais des élus, opacité sur le coût de l’immigration.

Jusqu’à quand tout cela va-t-il durer ? Certes ce n’est pas nouveau, pas imputable à la gestion récente du président, de son gouvernement. Mais est-ce une raison pour ne rien faire, ne rien dire, ne rien changer ? Plus ça devrait changer, moins ça change. Désormais tout sera comme d’habitude.

On va sans doute vous ressortir l’argument habituel : il ne faut pas attiser les peurs. Mais ce n’est pas en cassant le thermomètre ou en le cachant qu’on fera baisser la fièvre.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInCliquer juste pour partager ...