Mauritanie. L’ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué pour corruption

Inculpé en mars dans une affaire de corruption, blanchiment d’argent et enrichissement illicite, l’ex-président mauritanien a été écroué mardi soir. Mohamed Ould Abdel Aziz crie au « règlement de comptes » destiné à le tenir à l’écart de la politique.

L’ex-président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a été écroué mardi soir sur décision du juge chargé d’une enquête pour corruption présumée, a-t-on appris auprès du parquet et de son parti. Au pouvoir jusqu’en 2019, l’ancien chef de l’État, avait été inculpé en mars.

Un magistrat du parquet s’exprimant sous couvert de l’anonymat ainsi que le porte-parole de son parti, l’ancien ministre Djibril Ould Bilal, ont confirmé son placement sous mandat de dépôt sans en préciser la cause dans un premier temps.

Mais cette mesure intervient quelques jours après le refus de l’ancien dirigeant de continuer à se présenter à la police, comme le lui imposaient les conditions dont était assorti son placement en résidence surveillée.

« Règlement de comptes »

Après plus de dix ans passés entre 2008 et 2019 à la tête de ce vaste et pauvre pays sahélien de 4,5 millions d’habitants, l’ancien président poursuit sa descente aux enfers sous son successeur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, son ancien chef de cabinet et ministre, dont il avait pourtant préparé l’accession à la présidence.

M. Aziz crie au « règlement de comptes » destiné à le tenir à l’écart de la politique. Ses avocats affirment qu’il devrait bénéficier de l’immunité conférée selon eux par l’article 93 de la Constitution. Son successeur a constamment invoqué l’indépendance de la justice.

Corruption, blanchiment d’argent et enrichissement illicite

M. Ould Abdel Aziz avait été inculpé en mars, en même temps qu’une dizaine de hautes personnalités, pour des faits présumés de corruption, blanchiment d’argent ou encore enrichissement illicite commis pendant les années où il dirigeait le pays

M. Aziz et ses co-inculpés, parmi lesquels un de ses gendres, deux anciens Premiers ministres et plusieurs anciens ministres et hommes d’affaires, avaient alors été placés sous contrôle judiciaire. En mai, le juge avait durci ces conditions en ordonnant son placement en résidence surveillée, tout en maintenant l’obligation pour lui de se présenter à la police trois fois par semaine et de demander l’autorisation du juge pour quitter Nouakchott.

Il y a quelques jours, M. Aziz a décidé de ne plus se rendre à la police, comme il l’avait fait jusqu’alors, à pied, provoquant des attroupements. Il avait invoqué sur Facebook « les brimades infligées aux citoyens qui m’accompagnent et me témoignent leur soutien ».

« Je ne partirai pas »

La justice mauritanienne est saisie depuis août 2020 du rapport d’une commission parlementaire qui s’était penchée sur la gestion des revenus pétroliers sous sa présidence, sur la vente de domaines de l’État, les conditions de liquidation d’une société publique assurant l’approvisionnement du pays en denrées alimentaires ou encore les activités d’une société chinoise de pêche.

Au moment des multiples inculpations de mars, le parquet avait annoncé le gel ou la saisie de sociétés, d’immeubles, de véhicules ou de sommes d’argent évalués sommairement à l’équivalent de 96 millions d’euros. Sur ce total, 67 millions revenaient à l’un des suspects et 21 au gendre de celui-ci, disait le parquet sans citer explicitement l’ex-président.

Arrivé au pouvoir par un coup d’État militaire, M. Aziz a été élu en 2009 et réélu en 2014. M. Ghazouani, son dauphin, a été élu à sa succession en juin 2019.

Depuis, l’ex-président a perdu en décembre 2019 la direction de l’Union pour la République (UPR), parti qu’il a fondé et qui détient toujours une forte majorité au parlement. Sa disgrâce s’est accélérée en août 2020 avec les interrogatoires de la police et la privation de son passeport.

M. Aziz n’entend pas s’en laisser conter. Il a signalé son retour en politique en avril en intégrant un petit parti d’opposition, le Ribat national. Il a aussi menacé de se livrer à un grand déballage sur les affaires de l’État.Il a exclu de prendre le chemin de l’exil. « Il ne faut pas qu’ils pensent qu’ils peuvent me faire plier […] Je ne partirai pas, ni au Sénégal, ni au Mali, ni au Maroc, ni en Algérie, ni dans un quelconque autre pays et ni en France », disait-il en avril.Justice : faut-il filmer les procès ?Débattez !

M. Aziz ne devrait pas être écroué en prison dans l’immédiat à cause du risque de contamination par le Covid-19, mais devrait séjourner deux semaines dans une chambre de la police, ont indiqué des sources proches du dossier.

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...