Aly Ngouille Ndiaye, ministre de l’Intérieur: « Il n’existe qu’un seul fichier et non trois fichiers »

Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a précisé, mardi, qu’il n’existe qu’un seul fichier électoral au Sénégal, et non pas trois comme le laissent croire certains membres de l’opposition.

« Il n’existe qu’un seul fichier et non trois fichiers comme l’ont évoqué certains », a-t-il réfuté, en répondant aux interpellations de quelques députés sur des questions liées au processus électoral en vue de la présidentielle du 24 février prochain, rapporte l’APS

Au sujet des préoccupations portant sur la fiabilité du fichier électoral, il a rassuré les députés en rappelant les conclusions du rapport de l’audit du processus électoral commandité par l’Union européenne (UE), en février 2018.

Le ministre de l’Intérieur qui intervenait lors de l’examen du budget de son ministère, pour l’exercice 2019, déclare que ces auditeurs ont achevé la rédaction du rapport en ces termes  : « Par conséquent, nous pouvons déclarer que le fichier, quoique perfectible, est cohérent, de bonne qualité et constitue une base solide pour l’organisation des prochaines élections ».

Le ministre de l’Intérieur s’est aussi prononcé sur la demande des candidats déclarés à la présidentielle de disposer du fichier électoral.

Aly Ngouille a rappelé à cet égard les dispositions du Code électoral, notamment en son article L11, qui stipule que la Commission électorale nationale autonome (CENA) est chargée de ’’veiller à ce que la liste des électeurs par bureau de vote, soit remise quinze jours au moins avant la date du scrutin, aux candidats et aux listes de candidats, sur support électronique et en version papier’’.

Il a indiqué que « le fichier électoral ne doit pas être utilisé pour des opérations de parrainage de candidats à la candidature présidentielle (CDP) », assurant que « toutes les informations relatives aux élections sont disponibles en ligne ».

Interpellé sur l’idée de rendre automatique l’inscription sur le fichier électoral, il a jugé « la proposition pertinente’’, non sans rappeler néanmoins qu’’’à l’état actuel de la législation et de la réglementation, le vote n’est pas une obligation au Sénégal ».

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...