Aprés le cas de Mbayang Diop, une autre domestique sénégalaise parle de “l’enfer Saoudien”

bonne_marocaineSi “l’enfer c’est les autres”, disait Sartre, pour les domestiques sénégalaises, “l’enfer, c’est l’Arabie Saoudite”. A preuve, encore ce témoignage poignant d’une autre sénégalaise, préférant garder l’anonymat, qui séjourne en Arabie Saoudite. Elle a transmis, ce   jeudi, un email à Boubacar Sèye de Horizon sans frontière (Hsf) relayé par Senego.

“Je m’exprime, au nom de mes camarades domestiques, qui travaillent en Arabie Saoudite. Un pays où je viens de boucler  trois mois. Mais, c’est comme si j’y ai séjourné 7 longues ans tellement qu’on a du mal à se mouvoir à cause des tracasseries de tous ordres. Dur dur de travailler comme domestique en Arabie Saoudite. On travaille toute la semaine sans relâche”, écrit-elle.

Dans cet ordre d’idées, elle indexe les agents convoyeurs comme étant leurs bourreaux. “Ces personnes, souligne-telle, excellent dans le mensonge. Elles ne disent jamais la vérité. Ici, on est dans un engrenage, l’engrenage de la violence et de la répression. On ne peut fuir les lieux ni procéder à des appels téléphoniques en direction de nos proches ou de l’Ambassade du Sénégal. Parce que, la police  est aux aguets 24/24”. 

Une fois, se souvient cette domestique, “j’ai tenté de fuir, mais j’ai été vite rattrapée par la police du royaume. A travers Facebook, j’avais même contacté ma mère pour qu’elle intercède auprès de l’Ambassade du Sénégal à Riyad, mais ces diplomates  avaient décliné toute démarche  prétextant que la ville où nous sommes est éloignée de Riad”.

“Même si nous travaillons dans un lieu éloigné de notre ambassade, n’empêche des compatriotes y souffrent atrocement en silence. Il faut qu’il ait des mesures idoines de sortie de crise. Car chaque jour qui passe avec son lot d’humiliation  venant des patronnes très jalouses qui pensent qu’on fricote avec leur mari. Le cas de Mbayang Diop reste une parfaite illustration. Vraiment aidez-moi, je veux rentrer au pays, je ne veux plus aller vers l’inconnue. J’ai laissé ma famille au Sénégal”, lit-on dans son message.

SENEGO

 

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...