Au Sénégal, quand la diaspora revient

L’Afrique n’est pas qu’un continent que l’on veut quitter à tout prix à bord d’une embarcation de fortune. C’est aussi une terre où l’on revient s’installer et travailler. Une terre où tout est possible. Interception s’intéresse cette semaine à ceux que l’on appelle « les repatriés » africains.

La caravane de l'emploi à Paris. Quand des patrons sénégalais viennent promouvoir l'idée du retour
La caravane de l’emploi à Paris. Quand des patrons sénégalais viennent promouvoir l’idée du retour © Radio France / Géraldine Hallot

« Repatriés » africains, ce néologisme désigne la diaspora africaine qui a choisi de revenir dans son pays d’origine.

Il y a avait les « expats », il y a désormais les « repats »

Et dans ce domaine, les Sénégalais sont en pointe. Il y a plus de 300 000 Sénégalais installés en France. Tous ne veulent pas revenir au Sénégal, bien sûr, mais des milliers ont déjà sauté le pas. Ce sont souvent les plus diplômés, mais pas seulement.

Ces « repats » sont attirés par leur pays d’origine, qui offre stabilité politique, forte croissance (aux alentours de 7% d’après la Banque Mondiale) et grands projets d’infrastructures (nouvel aéroport international à Dakar, villes nouvelles qui sortent de terre comme Diamniadio).

Qui sont ces revenants ?

Abdoulaye Ba a passé quinze ans en France, il est multi-diplôme
Abdoulaye Ba a passé quinze ans en France, il est multi-diplôme © Radio France / Géraldine Hallot

Il y a les profils hautement qualifiés comme Abdoulaye Ba. Il est resté quinze ans en France, il y a décroché de multiples diplômes (doctorat en droit, DESS droit des affaires, 3e cycle en diplomatie stratégique) et il a décidé il y a dix ans de revenir s’installer au Sénégal. Grâce notamment à une subvention de l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration), il a ouvert un cabinet de consulting à Dakar, « Aba Consulting ».« Tout se passe en Afrique », dit Abdoulaye Ba. « Tout est à faire, tout est à construire. Les matières premières sont ici, les gens sont de plus en plus qualifiés ». Il appelle de ses vœux un « sursaut patriotique » pour que la jeunesse africaine reste chez elle. « L’eldorado c’est l’Afrique, ce n’est plus l’Europe ». Il cite John Fitzgerald Kennedy : « ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays ».

Soad Diouf a décidé de revenir au Sénégal il y a dix-huit mois
Soad Diouf a décidé de revenir au Sénégal il y a dix-huit mois © Radio France / Géraldine Hallot

Il y a aussi Soad Diouf, jeune femme de 32 ans, qui a fait ses études à Rouen (en génie des systèmes industriels) et qui a décidé de revenir il y a dix-huit mois « par devoir moral »« Il vaut mieux rentrer et développer notre pays en étant sur place, plutôt que d’envoyer de l’aide » dit-elle. « Un pays ne s’est jamais développé avec de l’aide ». Soad Diouf a ouvert un cabinet d’audit énergétique à Dakar, pour « que les entreprises consomment de l’énergie de manière responsable »« Un métier d’avenir » dit-elle.

Moubarak Wade a ouvert une agence de communication à Dakar qui emploie cinq personnes
Moubarak Wade a ouvert une agence de communication à Dakar qui emploie cinq personnes © Radio France / Géraldine Hallot

Moubarak Wade a décidé de rentrer pour d’autres raisons. Installé à Nice pendant neuf ans, il a mal vécu la séparation familiale. Sa fille, née à Dakar, lui manquait. Il en avait assez des « conversations sur skype »« de voir les familles dans les parcs et moi être tout seul ». Il parle aussi des « fins de mois difficiles », lui qui pour financer ses études, travaillait de nuit dans un hôtel. Et puis il y a eu son agression le 1er mai 2005. « Un groupe d’extrême-droite m’a tabassé et volé mon sac. C’était très violent » raconte-t-il. Tout ça mis bout à bout, l’a poussé à revenir au Sénégal en 2012. Grâce à l’OFII, il a reçu une subvention de 8 000 euros et a ouvert une agence de communication à Dakar, le groupe « Trust » qui emploie aujourd’hui cinq salariés.

Et puis il y a des retours plus discrets, les retours des séniors

Ourossogui
Ourossogui © Radio France / Stéphane Beaufils

Direction Ourossogui, 15 000 habitants, à huit heures de route au nord-est de Dakar, près de la frontière mauritanienne. Ourossogui se situe dans la province de Matam, une terre enclavée, agricole, peu peuplé, un paysage de savane couleur ocre. Pendant longtemps, la jeunesse de Matam a émigré vers l’Europe. C’est moins le cas aujourd’hui, car l’agriculture s’y est développée.

Ismaïla Thiam et Elhadj Dia ont choisi de revenir à Ourossogu
Ismaïla Thiam et Elhadj Dia ont choisi de revenir à Ourossogu © Radio France / Géraldine Hallot

Elhadj Dia, 70 ans dont 40 ans passé en France, a choisi de revenir à Ourossogui, sa ville natale. En France, il était pâtissier à la Brasserie Mollard, près de la gare Saint-Lazare, une institution parisienne. Sa retraite, il la passera au Sénégal car il a « le mal du pays »« C’est le seul endroit où je connais tous les arbres, les rivières, les maisons ». Un retour viscéral, « vers ses racines », dit-il.

Le retour des immigrés est un phénomène qui prend de l’ampleur au Sénégal mais qui reste par essence difficile à quantifier. Selon Papa Sakho, responsable du département de géographie à l’Université Anté Diop de Dakar, « au bout de dix ans, un quart des migrants reviennent au Sénégal ».

Au Sénégal, quand la diaspora revient, c’est un reportage de Géraldine Hallot et Stéphane Beaufils. 

Au Sénégal, quand la diaspora revient

Sur le site « Inspire Afrika », article « Qui sont les repats africains ? »

Sur le site de l’émission « Geopolis », dossier de Chloe Berthod, du 27/08/2017, « Repats : le retour des cerveaux en Afrique »

Sur le site « Slate Afrique », article du 10/08/2017 « Qui sont les repats, les Africains qui reviennent travailler sur le continent ? »

Sur Mediapart, article sur le blog de la Street School, du 28 mai 2015, « Les Repats, entre African Dream et retour au pays natal »

Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...