« Barça ou Barsaq » : des migrants ouest-africains portés disparus

Lundi 16 août, une pirogue partie de Laâyoune, au Sahara Occidental pour les Îles Canaries (Espagne) a été repérée par les garde-côtes mauritaniens au large de Nouadhibou. Des jours d’errance à cause de la défaillance du moteur coûteront la vie à la majorité des occupants de cette embarcation de fortune.
« Une pirogue qui contenait une cinquantaine de personnes dont la plupart d’entre elles des sénégalais et des maliens, échoue sur les côtes de Nouadhibou avec seulement 7 survivants », écrit Village du migrant visité à Dakaractu.
Pour sa part, la droit-de-l’hommiste Helena Maleno Garzon affirme sur sa page  Facebook que la pirogue contenait 54 passagers et en échouant à Nouadhibou, en Mauritanie ne comptait plus que 10 survivants. L’information est confirmée par un responsable de l’Organisation internationale pour les migrations cité par l’AFP.
Parmi ces rescapés, trois sont décédés dès leur arrivée tandis que trois autres, dont un sénégalais, une ivoirienne et un malien sont pris en charge dans un hôpital de la ville. 
Pendant ce temps, quatre migrants dont un guinéen, un sénégalais et deux maliens sont détenus par la police mauritanienne.

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...