Belgique : Entretien avec Docteur Souleymane Bachir Baldé, Pharmacien à Liège

En Belgique depuis l’année 2021 pour suivre une formation continue en contrôle qualité et assurance qualité des médicaments et produits de santé sous la coopération Belge, Dr Bachir a accordé un entretien à Bitimrew Press Group. Dans cet échange, il livre son parcours et ses expériences.

Après votre présentation quelle sont vos ambitions pour votre pays le Sénégal?

Je me m’appelle Souleymane Bachir Baldé, de profession pharmacien hospitalier. Je travaille dans une structure hospitalière à Thiès avoir fait plusieurs formations dont tout récemment une formation continue en Belgique dans le domaine de la qualité. L’option est d’avoir cette souveraineté qui nous permette d’envisager produire nos propres médicaments moins chers pour la population via l’implantation d’industrie pharmaceutique au Sénégal. La seconde option est de pouvoir assurer au moins  la production  de 60 à 70%  des produits pharmaceutiques utilisés localement avant de penser aux importations de médicaments qui sont un frein pour notre économie.
Que pensez-vous du covid que les spécialistes peinent à cerner ?
Le covid comme dit tout le monde est une nouvelle maladie virale qui intéresse tous les scientifiques du monde. Mais, moi je ne peux pas  dire que c’est une maladie mais plutôt une maladie qui a connu une autre forme de contamination et d’évolution. Je pense que le monde va toujours vivre avec le covid puisque c’est une infection virale qui a des potentialités de mutation, mais seulement son degré de virulence peut être supporté par l’organisme vue son immunité acquise .
Comptez vous revenir au Sénégal pour participer à  l’effort de développement du pays?
Bien sûr,  je suis sénégalais et j’habite au Sénégal, un pays qui m’a tout donné.
Avez-vous  des ambitions politiques à l’avenir ?Je préfère garder cette réponse à plus tard car j’y réfléchis à cette éventualité. Et pour le moment je me concentre  sur mes formations et  mes projets. Toutefois, je ne rejette pas l’idée d’intégrer une formation politique ou de créer un parti.
Que pensez-vous de la jeunesse de votre pays ?
La jeunesse au Sénégal est une jeunesse très ambitieuse mais trop pressée. Je pense qu’ils doivent mettre l’accent sur la formation et l’éducation, l’amour de la patrie et avoir des références avant d’aspirer au développement.Comment voyez vous les sénégalais de la diaspora et leur  apport  au développement du pays?Les sénégalais de la diaspora sont très bien organisés avec des groupements socio économiques que l’Etat doit beaucoup aider et avoir une oreille attentive à leurs projets car ils apportent beaucoup au pays.
Grand sportif que vous êtes et amateur de football, que pensez-vous de notre équipe nationale le Sénégal?
Je pense qu’on a une équipe de football qui regorge de potentialités. Mais ne soyons pas trop ambitieux et gérons match par match jusqu’au sacre final.
La forte pression sur le coach et les joueurs ne servira pas à grand chose puisque la coupe  d’Afrique n’est pas un championnat mais une compétition de courte durée et celui qui gère match par match sera sacré champion. C’est pourquoi le discours du coach doit être de motiver ses joueurs et de leur rappeler toujours le sens de la patrie.

Quels messages voulez vous lancer à nos lecteurs ?
Je vous remercie d’abord de me donner une fois de plus cette opportunité  de m’exprimer sur ce panel. Je demande aux jeunes de s’abonner  à votre site pour s’informer  et se former car c’est très important. Je salue ma famille, mes parents qui ont  donné de leur vie pour qu’on ait une bonne éducation. Je terminerai par remercier Ousmane Fall Jordan, Aissata et El Hadji Kebe vivant en Belgique qui ont beaucoup fait pour moi.

Réalisé par Alé Ndaw, Bitimrew Press Group

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...