Belgique : Le Magal de Touba à Bruxelles, une affaire de tous les Sénégalais et même des Belges ! Par Ibrahima Wade, Bruxelles

Le Sénégal est dans une des meilleures périodes de l’année que Serigne Touba a donné aux Musulmans du monde entier. C’est la meilleure des occasions où se retrouvent musulmans et non-musulmans, pour faire revivre l’amour entre les humains quel que soit nos origines et nos croyances. Cette période réveille les âmes pour leur rappeler la fraternité Islamique et l’ouverture vers les autres croyants, vers les Humains tout court. Le Prophète (psl) a dit :

« Vous venez d’Adam, et Adam vient de la terre ». Le Magal de Touba se célèbre actuellement dans la ville de Cheikh Ahmadou Bamba où tous les Sénégalais convergent quel que soit leurs croyances, mais il est organisé également partout à travers le monde, là où vit une âme sénégalaise et en communion avec les populations des pays d’accueil quel que soit leurs croyances.

Le Magal a été une recommandation de Serigne Touba lorsqu’après tant et tant d’épreuves subies de la part du colonisateur, Allah lui signifia un jour qu’il avait rempli tout ses engagements et que dorénavant, c’est la période de la rétribution, pour tout ce qu’il a fait sur le chemin qu’il avait tracé pour le prophète (psl). Il a pensé que sans ce jour du 18 safar, lorsqu’il a été arrêté par ce peloton de militaires français, il n’y aurait pas cette récompense divine. Serigne considéra alors que c’est grâce à ce jour du 5 septembre 1895 qu’il a pu accéder à ce grade. Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké déclarait que « son seigneur lui a donné d’immenses bienfaits à tel point que sa seule et souveraine gratitude ne le couvre plus, et qu’il fait appel à tous ceux qui partagent son bonheur à se joindre à lui dans son action de grâce ». C’est ainsi que Cheikh Ahmadou Bamba décida d’appeler toute la communauté musulmane pour rendre Grâce à Allah devant tant de mansuétude en son endroit. Le Magal a une double signification ; d’abord il nous rappelle que, lorsqu’un serviteur croit en Allah malgré les difficultés, Allah le récompensera. Ensuite, il nous enseigne qu’il faut remercier Allah et le faire avec la communauté est encore mieux.

Ce 28 octobre, le Magal de Touba sera célébré à Touba grâce à Serigne Fallou Mbacké qui a eu l’idée d’appeler tous à venir dans la ville de Bamba, mais depuis les mourides ont migré partout à travers le monde et dans toutes les capitales de notre planète, il y aura des Magal de Touba.

A Bruxelles, la communauté mouride ne sera pas en reste et la fête se fera dans un des plus grands hôtels du centre-ville et comme chaque année, tous les Sénégalais, Tidiane, Layenne, Niassène, Khadriya et nos voisins belges seront de la partie. Ne disait-il pas, « Je n ’ai point fondé une confrérie (TARÎQA), j’ai plutôt trouvé la voie qu’avait scrupuleusement suivie le Prophète et ses compagnons entièrement flétrie, je l’ai défrichée le plus proprement, je l ’ai également rénovée dans toute son originalité et lancé l’appel suivant : Tout pèlerin qui désire partir peut venir voici la voie réhabilitée : cette voie est celle du pacte d’allégeance ». Aujourd’hui les Sénégalais dans leur majorité semblent s’accorder à cette réflexion de Serigne Touba et le Magal est célébré dans l’unisson quel que soit le pays où il y a une communauté sénégalaise.

Car les bienfaits du Magal comme le disait Serigne Touba lui-même méritent cette célébration : « Je n’affirme pas que le Magal est meilleur que la Tabaski, mais il l’est pour vous (les Mourides) assurément. Certes, la notion de temps se dissipera dans la grandeur du Paradis, mais Dieu le Créateur, l’Omnipotence Qui embrasse tout par Sa science, saura Lui la périodicité de ce jour ; chaque fois que viendra ce jour du 18 Safar, Dieu fera pour moi et pour tous ceux qui magnifient ce jour des bienfaits si grandioses que les gens du Paradis s’en rendront compte, quoique inouïe que soit la vie paradisiaque » disait-il.

Qu’Allah répande les bienfaits du Magal sur toute l’humanité comme l’avait si bien formulé Serigne Touba dans une prière : « ya malikal moulki, ya man jala ann khawadin, irham jami al warra ya hadi ya radaha ».  Amine.

 

Ibrahima Wade, Bruxelles Belgique

 

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...