Cheikh Seck Président du MER: » LE PROFIL DU MINISTRE D’ÉTAT ISMAÏLA MADIOR FALL NOUS SEMBLE ÊTRE LE MIEUX INDIQUÉ POUR DIRIGER LA LISTE DE BBY À RUFISUE… »

Président du Mouvement de l’Émergence de Rufisque (MER) devenu aujourd’hui MERI (Mouvement pour l’Émergence de Rufisque avec Ismaïla), il y a 8 mois, M. Cheikh Seck est le premier Rufisquois à Soutenir la candidature d’Ismaila Madior Fall à la mairie ville. Avant même que ce dernier ne l’annonce. Très Politique pour avoir été le Coordonnateur du Fscbj au niveau départemental, acteur remarquable des élections de 2009 et de 2014, il a bien voulu se prêter aux questions de notre reporter. Pourquoi Ismaïla ? Que pense-t-il du report des élections locales ?
Voici sa réaction :

« Le MER que je dirige estime que le report des élections locales jusqu’en 2021 devrait constituer une aubaine, pour l’APR DÉPARTEMENT mais surtout, pour BBY VILLE DE RUFISQUE.

En effet, depuis 2002, la Vieille Cité continue de rater les grands Rendez-vous d’alternance communale qui se sont déroulées dans toutes les grandes villes du Sénégal.

L’ouragan du Benno Siggil Sénégal qui avait balayé tout sur son passage, donnant à wade un signal fort, quant à la déchéance prochaine de son régime, avait épargné Rufisque qui a fini par tomber dans l’escarcelle d’un troisième larron, en la personne de Badara Mamaya Séne, pourtant minoritaire en terme de voies.

Le même scénario s’est reproduit lors des locales de 2014 où le vent de Benno Bokk Yakaar qui a soufflé un peu partout dans le pays, y compris même dans les communes de la banlieue Rufisquoise, avait, à nouveau, fait fiasco dans la ville de Mame Coumba Lamba où BBY avait fini de réaliser un score honorable, lors de la présidentielle de 2012.

Cette situation risque de perdurer, si rien n’est fait dans l’optique d’aller à ces prochaines joutes électorales dans une dynamique unitaire incarnée par un leadership politique, alliant charisme et compétence, à l’image de Khalifa Sall avec Taxawu Dakar lors des élections municipales de 2009 et 2014.

En effet selon le MER, en matière d’élections locales les populations votent, plus pour un programme global de la ville que pour un projet sectoriel d’une commune d’arrondissement.

C’est ce qui explique qu’à Dakar, l’élection de Khalifa Sall à la ville avait entrainé, par ricochet, la reconduction des maires des communes d’arrondissement comme Bamba Fall (Médina), Barthelémy Dias (Mermoz), Adama Ba (Dérklé) …

Par conséquent, l’APR Rufisque ou BBY doit s’inspirer du style khalifiste, s’il veut réellement triompher au soir des prochaines locales.

Pour ce faire, aucune erreur de casting ne doit être tolérée; et le MER soutient, sincérement, que dans ce choix judicieux, le profil du Ministre d’État à la présidence Ismaïla Madior Fall nous semble être le mieux indiqué pour diriger la liste de BBY dans la vielle Cité. D’autant plus qu’avec les réformes en cours, il n’y aura aucun doute ni suspicion quant à l’élection du futur maire qui se fera au suffrage universel.

Par conséquent, il urge pour BBY de valider, le plus rapidement possible, le choix de son candidat à la tête de la municipalité, s’il veut réellement avoir une longueur d’avance sur l’opposition et gagner, haut la main, ces prochaines joutes électorales. »

Ndèye Sokhna Diatta

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...