Chronique du journaliste Bader : Après le « dialogue national », les bises, la brise et le fourgon

AA-Récupéré-Récupéré-Récupéré-Récupéré-Récupéré-Récupéré-Récupéré

Le « dialogue national » sénégalais a démarré le 28 mai dernier. Immédiatement, une rafraichissante brise a commencé à souffler entre le palais de la République et la maison de retraite de l’ancien Président, sise dans la ville française de Versailles. Ainsi, c’est le dégel entre Macky et son prédécesseur. Finies donc les poursuites et tracasseries des pontes du régime de celui-ci, dont le fils Karim pourrait humer l’air pur, après avoir purgé près de la moitié de sa peine de six ans pour cause d’enrichissement illicite portant sur plus de cent milliards ! Car ce ne serait que la suite logique, après la liberté « conditionnelle » accordée à son principal complice, promotionnaire de collège et prétendu prête-nom Papa Mamadou Pouye, trois jours après la conclave.

Mais les retrouvailles entre la famille libérale de Me Wade et son ancien fils putatif Macky, qui l’a « persécutée » et « pourchassée » pendant plus de trois ans, pourrait créer des frustrations et crises d’urticaires dans le nouveau camp de l’actuel locataire du palais. Car, entre les principaux alliés du Président Sall, Moustapha Niasse et Ousmane Tanor Dieng, et les « enfants » de Me Wade la paix sera difficile à décréter et n’adviendra pas de sitôt. Les rancunes sont tenaces. Mais n’empêche, tous quand même risquent bien de se liquider contre l’autre ancien fils putatif, Idrissa Seck, qui pourrait même se retrouver embastillé. Car, après avoir boycotté la rencontre, il s’est écrié contre leur « deal ». Ensuite, son incarcération sous Macky, après celle vécue du temps de Me Wade, aura l’avantage de le faire taire et de soulever une épaisse poussière, qui masquera l’élargissement « négocié » de Karim Meïssa Wade.

Mais demain dans les urnes, les électeurs sénégalais accepteront-ils de continuer à cautionner une justice à deux vitesses et le pillage impuni de leurs maigres ressources ? « Qui vivra verra ». Pour l’heure, après le démarrage du « dialogue national », qui a enregistré quelques ratés, ce sont les bises dans une revigorante brise ; que ceux qui en profitent protégeront de tout fauteur de troubles. Idy, Gakou et l’ancien Premier ministre de Macky, Abdoul Mbaye, sont  avertis !

Alioune Badara Diallo

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...