Conseil de sécurité : Mankeur Ndiaye décline l’agenda du Sénégal

La présidence sénégalaise du Conseil de sécurité des Nations unies (1er-30 novembre), sera caractérisée par plusieurs ’’temps forts’’, dont une période dédiée aux questions de maintien de la paix, a annoncé, jeudi, à Dakar, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye.

manakeur_iran
« Les temps forts de la présidence sénégalaise seront constitués des trois débats sur les opérations de maintien de la paix face aux menaces asymétriques, la coopération entre l’ONU et l’Union africaine et la problématique +Eau, Paix et Sécurité+ », a-t-il indiqué.
 
Le patron de la diplomatie sénégalaise présentait le programme provisoire de la présidence sénégalaise du Conseil de sécurité au corps diplomatique accrédité au Sénégal.
 
Cette rencontre entre Mankeur Ndiaye et les ambassadeurs en poste au Sénégal portait également sur la 3e édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, prévu les 05 et 06 décembre 2016.
 
Le Sénégal a été élu le 15 octobre 2015 membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU au titre de la période 2016-2017 avec 187 voix sur 191.
 
Selon Mankeur Ndiaye, « la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU offre au pays devant assumer une telle responsabilité, l’opportunité d’apporter une contribution aux efforts de maintien de la paix et de la sécurité internationale mais aussi de mettre en exergue certaines questions que le pays juge prioritaires dans l’agenda du Conseil de sécurité ».
 
Le mandat du Sénégal sera dédié aux préoccupations nationales, sous-régionales et africaines, ainsi qu’à d’autres questions internationales intéressant notamment ses groupes d’appartenance, l’Organisation internationale de la Francophonie (OCI) et l’Organisation de la coopération islamique (OCI), a-t-il dit.
 
Le Sénégal, dès le début de son mandat, « s’est évertué à assurer une participation dynamique aux travaux du Conseil (.) sur les défis mondiaux comme le terrorisme, l’extrémisme violent’’ et d’autres questions liées « à la problématique de la sécurité globale », a fait valoir Mankeur Ndiaye.
 
« En plus de ces questions classiques, a-t-il ajouté, le Sénégal compte inscrire à l’agenda du Conseil de sécurité la question de l’hydro-diplomatie », Dakar jugeant « utile et opportun de pousser pour une plus grande reconnaissance des liens entre l’eau, la paix et la sécurité ».
 
De même, « les questions de santé globale constituent aussi un intérêt particulier’’ pour le Sénégal, « car un fléau comme l’épidémie à virus Ebola est derrière nous mais nécessite encore attention et vigilance, tout comme le virus Zika », a souligné le patron de la diplomatie sénégalaise. 
 
Tout au long du mois de novembre, il est prévu « un briefing sur la coopération entre les ONU et l’OCI sur le rôle de l’OCI dans la lutte contre l’idéologie extrémiste, une réunion sur le VIH-SIDA et les conflits armés ainsi que des points statutaires inscrits au programme », a-t-il signalé.
 
Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur a également profité de cette rencontre pour entretenir le corps diplomatique de l’état des préparatifs de l’édition 2016 du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.
 
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...