Dépravation des mœurs à Bamako : Les soirées Sénégalaises, un véritable lieu de prostitution

0Ce vieux métier du monde appelle prostitution est vraiment à la mode à Bamako. Si la forme première c’était les trottoirs aujourd’hui l’on assiste à une autre forme peu connue chez nous, cette forme se pratique dans nos boites de nuit au cours des soirées dites « soirées sénégalaises ».

Prostitution

Une scène qui consiste à faire danser les filles presque nues ou habillées en pagnes  légers et transparents , et des jupes évasées  adaptées à la circonstance. La scène est  vraiment une exhibition.

Certes, le « Diatiguiya » et la « Terranga » symbolise  l’hospitalité et  le bon comportement des Maliens et des Sénégalais. Mais loin d’être une raison d’en abuser. Au Mali les soirées Sénégalaises de son début à nos jours  ont toujours eu le soutien de nos autorités comme preuve de brassage culturel. Mais ce qu’on assiste dans les boites de nuit de la capitale est loin de la promotion d’une culture. A qui la faute ? La question reste suspendue. Les lundis soirs à Bamako est consacré à la soirée Sénégalaise. La musique « sabar » venant tout droit du Sénégal voisin  se danse dans nos boites de façon sexy. Au début c’était la musique dans les boites mais maintenant c’est le « Sabar » qu’on n’amène pour faire danser les filles en petit pagne (Pintellou en bambara) parfois certaines ne portent même pas de dessous (Slip). Si  elles en portent, elles   l’exposent de manière à faire voire aux spectateurs. D’autres des jupes évasées adaptées à la circonstance. La scène est vraiment horrible. A une certaine heure de la nuit, des pagnes légers et transparents adaptés à la circonstance sont laissés tomber, les jupes évasées sont aussi laissées pour faire voire le slip. Et celui qui est intéressé passe sa commande par l’intermédiaire des gérants. A Bamako,  la plus par de nosdiscothèques accueillent de telles soirées. Si nos autorités ne prennent pas des mesures contre cette pratique, c’est un autre Mali qu’on fera pour nos enfants, non pas le Mali des Soundjata, de Babemba ou de Modibo Keita.

Fousseyni SISSOKO

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on Whatsapp
Whatsapp
Cliquer juste pour partager ...