Écrasante victoire de Donald Trump dans le Nevada

XVM2d970f62-dabc-11e5-86c9-679b47db606cLes télévisions américaines donnent au milliardaire plus de 42% des voix de ce caucus républicain. Loin derrière, Marco Rubio devance Ted Cruz pour la seconde place.

Très large victoire pour Donald Trump ce mardi soir lors du caucus du Nevada, qu’il remporte haut la main, ramassant quelque 42,6 % des voix, suivi de Marco Rubio, qui obtiendrait 25,6%, et Ted Cruz, selon les premiers résultats de CNN. Le chirurgien Ben Carson remporterait 7,4% des voix, suivi de John Kasich qui ferme la marche avec à peine 4,1%, dans un état où il n’a quasiment pas fait campagne.

Ce qui est évidemment extraordinaire, c’est l’ampleur de la victoire de Donald Trump que dessinent les premiers chiffres. Dans le Nevada, le milliardaire va bien au-delà du plafond de 33% que certains experts lui accordaient, comme il l’avait d’ailleurs lui-même prévu après sa victoire en Caroline du Sud. Quelque 61% des Américains ont dit vouloir la victoire d’un outsider, lors d’un sondage de sortie des urnes. Sur ces 61%, 70% ont voté Trump. Plus remarquable encore, le milliardaire rafle 44% des suffrages des électeurs latinos républicains, alors que seulement 29% des votants conservateurs hispaniques ont voté pour Marco Rubio , d’origine cubaine, et 18% pour Ted Cruz, né au Canada d’un père cubain et d’une mère américaine «Trump est l’homme qui a parlé des Mexicains violeurs et promis de construire un mur, et pourtant il bat les deux candidats latinos, c’est remarquable», a noté la journaliste Dana Basch, ce mardi soir sur CNN.

Battu au Texas?

Vu la clarté de son succès, il paraît très douteux qu’il ne continue pas sur sa lancée lors du «Super Tuesday». Seul état où il pourrait concéder la victoire le 1er mars, le Texas, où les sondages donnent pour l’instant Ted Cruz gagnant d’une courte tête. Le fait que Cruz et Rubio restent relativement proches est un avantage supplémentaire pour Trump, puisqu’aucun ne peut vraiment réclamer un statut de second clair et plaider pour que les autres candidats quittent la course. «Je ne vois pas comment il peut ne pas gagner la nomination au vu ces chiffres», a déclaré la commentatrice Gloria Borger, un avis partagé par plusieurs de ses confrères et consœurs ce mardi soir. Tous s’accordaient pour dire qu’il reste très peu de temps pour lui barrer la route.

Le Figaro

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...