En route pour Bercy : Waly Seck « s’arme » contre Youssou Ndour, pour lui arracher sa couronne

Sans titre-1

Son père Thione a bien enduré, du temps de sa rivalité musicale avec Youssou Ndour. Les deux sont, artistiquement, de la même génération. Leur inimitié, qui est un secret de polichinelle, résulte du désir de chacun d’eux d’être la coqueluche du showbiz sénégalais.

Mais si Youssou a fini par être sacré « roi du mbalax », Thione tient à son tour l’outil de sa revanche : son fils Waly, tellement au firmament de son art qu’on l’a affublé du titre qu’aucun chanteur sénégalais ne s’aventurait à disputer au patron du Super étoile de Dakar : « Nouveau roi du mbalax ». Et désormais, Waly a une raison de toiser et de braver gaillardement celui qui faisait l’ombre à son père : Youssou, qu’il avait choisi comme parrain de son prochain spectacle à la mythique et prestigieuse salle de spectacles parisienne, Bercy, mais l’a snobé.

Il ne l’a même pas reçu, malgré ses demandes d’audience et ses appels à travers les médias. Pour venger cet « affront » et devenir plus rayonnant au sortir de Bercy, où il est conscient de devoir assuré comme jamais où marquer le pas, Waly s’est « armé », là où ne pensait le « roi » : il emploie désormais les deux guitaristes qui ont participé à faire de celui-ci une star planétaire, mais qu’il avait négligés après son entrée dans le gouvernement : le soliste aux notes lyriques, Jimmy Mbaye, et le doué bassiste et savant arrangeur, Habib Faye. Ils ont juré de porter Waly au sommet. Un engagement qui doit tenir à cœur, pour ne pas dire inquiéter, Youssou Ndour. Car, ses deux anciens musiciens, qui avaient fini par s’émanciper de sa tutelle, ne manquent pas de lui garder une certaine dent. Ainsi, Waly, secondé par deux indéniables professionnels bien motivés, managé par son talentueux et très expérimenté père et soutenu par le groupe de presse D-Média appartenant à son beau-frère, est décidé d’arracher la couronne du « roi ».

Il a, en plus la jeunesse avec lui. Oui, on pourrait bien assister le 4 juin prochain à un « combat », qui pourrait bien rappeler celui qui avait opposé dans l’arène sénégalaise un ancien « roi » surnommé Yékini à Balla Gaye II, qui entendait devenir plus que le « lion de Guédiawaye ». Ce qu’il avait réussi de fort belle manière.
Et d’ici Bercy, Waly profitera de la boîte de nuit « Penc mi » de son père et bien d’autres cadres ; tandis que le « Thiosane » de You, pleure de ne plus entendre des notes musicales et de ne plus voir les clientèles.
Alioune Badara DIALLO

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...