Etats Unis : Mr Osman Siddique diplomate américain musulman prend la parole

Ambassador-Siddique-at-table-maxresdefaultEn 1999 et 2000, Monsieur Osman Siddique a été ambassadeur des États-Unis à Fidji, tout en occupant le même poste auprès du Royaume de Tonga, de l’État des Tuvalu et de la République de Nauru. Dans un récent article du Huffington Post, il a déclaré : « [Lors de ma prise de fonction d’ambassadeur], j’ai prêté serment sur le Coran posé sur la Bible de ma femme de protéger et de défendre la Constitution des États-Unis d’Amérique. C’était l’un des moments où je me suis senti le plus fier de ma vie. » Il aborde avec nous des sujets comme, entre autres, l’immigration, le fait d’être devenu américain par choix et la lutte contre le terrorisme.

Pouvez-vous nous dire ce qui vous a attiré aux États-Unis et ce qui vous a conduit à devenir américain ?

Je suis arrivé aux États-Unis quand j’étais étudiant pendant la prise d’indépendance du Pakistan en 1971. Cette période a été très difficile et traumatisante pour les gens qui vivaient dans cette région du monde. Je suis né à Dhaka, au Bangladesh (autrefois, Pakistan oriental) et j’ai fait mes études à l’école de commerce d’Indiana University à Bloomington, en Indiana. J’ai obtenu ma MBA en 1974.

Dans le domaine des études, de la formation et de la recherche, les États-Unis sont très forts. Nos écoles permettent aux étudiants d’élargir leurs horizons et d’utiliser leurs talents dans les domaines qui les passionnent.

Les gens des quatre coins du monde sont depuis toujours attirés par les États-Unis. Notre liberté, les possibilités qui nous sont offertes et notre diversité, c’est ça qui fait la différence. Notre Constitution est un document qui protège les droits de tous les citoyens.

La raison pour laquelle je suis devenu américain n’est pas différente de celle de tous ceux qui sont passés avant moi. Comme beaucoup d’autres immigrants, j’étais à la poursuite du rêve américain et je l’ai vu se réaliser sur bien des plans. Aux États-Unis, si vous travaillez dur et suivez les règles, vos rêves sont à portée de main. C’est ça la magie des États-Unis, le miracle des États-Unis et, oui, seulement aux États-Unis !

À votre avis, comment la tradition d’être un pays d’immigrants est-elle une force pour la nation, et comment la diversité ethnique, religieuse et culturelle reflète-t-elle les valeurs américaines ?

Étant un pays d’immigrants, les États-Unis attirent des gens des quatre coins du monde et qui sont à la recherche d’une vie meilleure. Nous avons des immigrants qui ont brillé dans les domaines de l’éducation, des sciences, des arts, du sport, de la politique, des technologies, et la liste ne s’arrête pas là. Les immigrants – Albert Einstein, Elizabeth Taylor, Patrick Ewing et Satya Nadella pour ne citer qu’eux – ont énormément contribué à l’enrichissement de notre nation.

La famille Siddique (de gauche à droite) : son fils Zachary, sa fille Laila, son fils Omar, madame Catherine Siddique, sa fille Julene, l’ambassadeur Siddique et son gendre Euan Rafferty, le mari de Julene (Crédit photo : M. Osman Siddique)

Dans notre Constitution, rien ne spécifie qui a le droit d’immigrer en fonction de la religion, de l’origine ou de la couleur de la peau. C’est une valeur américaine fondamentale. Vous pouvez être américain, quel que soit le pays d’origine de votre famille.

Nous sommes un pays plein de compassion et nous avons toujours accueilli les immigrants à bras ouverts. Cela dit, nous devons quand même respecter nos lois. Nous ne pouvons pas encourager l’immigration illégale et nous ne pouvons pas autoriser qui que ce soit qui aurait un passé criminel ou des motifs subversifs à immigrer dans notre pays.

De votre point de vue de musulman américain, qu’aimeriez-vous dire à nos lecteurs sur les contributions des musulmans à la société américaine ?

Les trois ou quatre millions de musulmans américains comptent parmi les groupes minoritaires qui connaissent la croissance la plus rapide des États-Unis. Nous faisons partie intégrante de ce pays et avons toujours contribué à son épanouissement. Aujourd’hui, on trouve des musulmans américains qui se distinguent dans les sciences, les affaires, le sport, la politique, la musique et bien d’autres domaines.

Gratte-ciel célèbre, l’ancienne tour Sears à Chicago a été conçue par un musulman américain. Environ 3 500 musulmans américains sont actuellement enrôlés dans nos forces armées. Deux musulmans américains siègent au Congrès. Et beaucoup d’autres encore forment le tissu riche de notre société dans les assemblées des États, les mairies, les conseils municipaux et la police.

Parmi les noms qui viennent à l’esprit, on note Mohamed Ali (ancien champion de boxe), Ice Cube (rappeur et producteur), Mohamed El-Erian (homme d’affaires et expert de la finance), Ahmed Zewail (prix Nobel de chimie), Kareem Abdul-Jabbar (ancienne star de basket), Fareed Zakaria (journaliste et animateur de télé), Mehmet Oz (médecin et animateur de télé), Keith Ellison (député au Congrès). Et la liste est encore longue.

Parlez-nous maintenant de vos contributions. Pourquoi avez-vous choisi une carrière dans le corps diplomatique ? De quoi êtes-vous le plus fier, au niveau personnel ou professionnel, et pourquoi ?

À ma sortie de l’école de commerce, j’ai déménagé à Washington pour travailler comme stagiaire en management dans une grande entreprise classée parmi les Fortune 500. Très vite, j’ai compris que je voulais aller à la poursuite du rêve américain en fondant ma propre entreprise et en mettant ma formation d’entrepreneur et mon zèle à l’épreuve. J’ai réussi à monter de nombreuses entreprises en partant de rien et créé des centaines d’emplois tout en laissant mon empreinte sur ces sociétés.

L’ambassadeur Osman Siddique et sa femme, Catherine, assistent à un mariage bengali-américain à New York en 2014. (Crédit photo : Osman Siddique)

En même temps, je me suis impliqué dans des initiatives locales et dans la politique nationale. C’est un grand honneur et un privilège que d’être ambassadeur des États-Unis et je suis reconnaissant d’avoir la chance de servir mon pays. C’est aussi ma façon de contribuer en retour à mon pays, qui m’a tant donné.

Ma famille, mon travail et mon pays sont ce qui me tient le plus à cœur !

Est-ce que vous encourageriez des musulmans d’autres pays à venir aux États-Unis, qu’ils soient visiteurs ou immigrants ?

Oui, bien sûr. Les Américains sont en général très tolérants, aimables et chaleureux.

Étant une nation relativement jeune, nous sommes une œuvre en constant développement. Par rapport à nos premiers jours, nous avons réalisé d’énormes progrès sur le plan des droits civiques, des droits des femmes et des droits de l’homme en général.

On compte quelque 1,6 milliard de musulmans dans le monde et environ 57 pays où ils sont la majorité. Nous devons travailler tous ensemble. De nombreux pays musulmans sont nos partenaires au sein d’importants traités et alliances internationaux. La liberté de voyager et de communiquer avec nos alliés musulmans est une condition essentielle à un monde prospère, interconnecté et pacifique.

Tout le monde doit pouvoir venir dans notre pays tant que nos conditions de visas et de sécurité sont remplies. Les musulmans y compris.

Ces derniers temps, une certaine angoisse règne quant à la violence liée à des djihadistes musulmans auto-proclamés. Est-ce qu’à votre avis, les musulmans américains ont une responsabilité particulière de réagir contre les idéologies extrémistes qui pourraient découler d’une interprétation déformée de leur foi ?

De nombreux actes terroristes très médiatisés ont été commis au nom du djihad islamique alors que le Coran interdit strictement le meurtre d’innocents. Ces terroristes ne sont pas des musulmans mais de simples assassins qui disséminent leur interprétation du jihad à un groupe tout à fait infime. Cependant, cette situation impose aux musulmans le devoir particulier de se montrer hautement vigilants et de protéger leurs maisons, leurs mosquées et leurs communautés contre tout élément radical.

Ceci dit, la démagogie et l’incitation à la haine contre tous les musulmans sont loin d’être salutaires. Nous sommes vos voisins, vos collègues, vos amis et les membres de votre famille.

En conclusion, quels conseils avez-vous à donner à tous les Américains – musulmans ou non – afin de combattre les menaces terroristes ?

Pour lutter contre ce fléau de terreur et de violence, nous devons, en tant qu’Américains, être unis quels que soient notre religion, notre couleur ou notre patrimoine. Aucune religion n’approuve le meurtre d’innocents. Notre humanité commune et notre Constitution doivent être notre guide et notre inspiration à tous.

Les conflits géopolitiques actuels nous mettent face à de vrais dangers et de réelles menaces. Les défis à notre sécurité nationale sont nombreux ; on ne peut l’ignorer. Toutefois, nous ne pouvons pas résoudre ces problèmes en avilissant ou en divisant un groupe ou une religion. Nous devons mener ce combat tous ensemble ; ce n’est qu’à cette condition que nous pourrons l’emporter.

share.america.gov

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...