France : Bernard Debré veut «supprimer la binationalité»

LE SCAN POLITIQUE – Alors que le débat sur la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux nés en France agite la gauche, le député LR de Paris va plus loin et reprend une proposition portée par le Front national.

XVM5507aab4-a733-11e5-8744-070ba4e7ed00C’est une proposition qu’il est l’un des des rares à porter dans son camp. Le député les Républicains (LR) de Paris, Bernard Debré, est revenu dimanche sur la question de la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux nés en France. Proposée de longue date par la droite et reprise par François Hollande au lendemain des attentats de Paris, cette mesure – qui agite la gauche – devrait faire partie de la révision constitutionnelle qui sera soumise au Parlement dès le début de 2016.

Qu’importe, pour l’élu parisien, qui a d’ores-et-déjà décidé d’aller plus loin. Invité de Sud Radio ce dimanche, l’ancien maire d’Amboise (Indre-et-Loire) a en effet élargi sa réflexion. «Je crois qu’il faudrait vraiment se poser la question de la binationalité. Est-ce qu’on peut être binational? Je crois que (les pays qui le refusent) ont raison. La preuve, c’est que quand on est binational et qu’on fait la guerre contre l’une de vos nations, qu’est-ce que vous faites?» s’est-il d’abord interrogé.

Le débat avait déjà créé des remous à droite en 2011

Avant de répondre aussitôt, bien plus tranché cette fois: «Il faut supprimer la binationalité, c’est une mesure importante. Que celui ou celle qui naît en France dise: “Je choisis la nationalité française” à l’âge de 18 ans – ou à l’âge de 16 ans, peu importe -, et qu’il accepte la France», a martelé l’ancien élu. Un argumentaire qui n’est pas sans rappeler celui de la présidente du Front national, Marine Le Pen, qui s’était déjà emparée de cette problématique dans un courrier adressé aux députés en 2011.

Déjà à l’époque, la proposition avait créé des rémous à droite. En réaction à la sortie de la dirigeante frontiste, le très droitier courant de la Droite populaire avait revendiqué l’antériorité de la démarche et s’était même félicité d’avoir le soutien du président d’alors, Nicolas Sarkozy. Une version démentie une semaine plus tard par le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, qui avait éteint l’incendie en assurant qu’il était «hors de question de revenir sur la binationalité».

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...