France : Dans les Yvelines, un Sénégalais agresse plusieurs jeunes femmes, dont trois mineures

La semaine dernière, le tribunal correctionnel de Versailles, dans les Yvelines, jugeait un “jeune” de 25 ans, de nationalité sénégalaise et habitant le quartier sensible de Beauregard, à Poissy, pour une série d’agression violente contre au moins quatre jeunes femmes, dont plusieurs mineures, entre les mois de février et mai dernier. Son avocat a évoqué de prétendus troubles psychiatriques.

Le 11 février dernier, une jeune fille de 15 ans est abordée par un “jeune” de 25 ans, de nationalité sénégalaise aux abords du centre social André-Malraux à Poissy. L’homme, un solide gaillard mesurant 1m85, harcèle la jeune adolescente pour obtenir ses coordonnées.

Se sentant lourdement agressée, la jeune fille entre dans les locaux du centre social et se place sous la protection d’une intervenante du centre. Celle-ci, âgée de 20 ans, tente de repousser l’Africain qui se met alors à la tabasser à coups de poing.

L’intervention de la police sera nécessaire pour calmer l’individu. La victime, bien que frappée à plusieurs reprises refusera, très certainement par peur des représailles, de porter plainte. L’agresseur sera donc libéré après une brève garde à vue.

Le 14 mars, une autre adolescente de 15 ans voit arriver le Sénégalais vers elle à un arrêt de bus. Elle ne le connaît que trop bien. Depuis plusieurs semaines, l’homme la harcèle sur Snapchat depuis qu’il a obtenu son adresse par intimidation.

La jeune fille, qui effectue un stage au centre social André-Malraux, refuse de communiquer avec son harceleur qui, par réaction la menace de violences. C’est par un coup de poing dans la tête de l’adolescente que l’immigré clot la rencontre!

L’adolescente ira porter plainte le jour même. Aussi, c’est sans surprise qu’elle et sa famille seront menacées avec véhémence quelques jours plus tard par son agresseur alors qu’ils se trouvent dans le monospace familial, dans les rues du quartier Beauregard.

Enfin, le 23 mai dernier, sa jeune voisine de 17 ans était venue trouver le Sénégalais pour se plaindre du bruit causé par sa musique. L’homme l’avait accueillie par une fin de non-recevoir qu’il avait appuyée d’une gifle et d’une clé de bras!

L’agresseur l’avait menacée de mettre le feu à son appartement si elle se plaignait à la police et alors qu’elle se rendait justement au commissariat, il avait ceinturé et projeté au sol sa cousine qui l’accompagnait. La jeune fille avait été blessée au dos.

Jugé en début de semaine dernière par le tribunal correctionnel de Versailles, le prévenu, incarcéré depuis le 26 mai, a reconnu l’ensemble des faits. L’avocat de cet homme, déjà impliqué par le passé pour des affaires de stupéfiants, a plaidé les troubles psychiatriques.

Visiblement entendu par les magistrats, son défenseur a réussi à lui obtenir une légère peine de 18 mois ferme, incluant la révocation d’un précédent sursis, malgré la gravité des faits et le profil vulnérable des victimes.

wabitimrew

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...