France : La journée de la femme à Marcadet paris 18 eme- Paris : le numérique dans les familles avec l’association Halaye de Anna MBENGUE et Afouseta Nimaga

La journée de la femme à Marcadet paris 18 eme- Paris : le numérique dans les familles avec l’association Halaye de Anna MBENGUE et Afouseta Nimaga

Il s’agit ici de rapporter, de faire un compte rendu qui traduit l’esprit de cette belle rencontre, inédite quelquefois insolite mais tellement riche et instructive.

Un petit groupe d’abord dans une grande salle.
Ah les 90 % étaient des mamas africaines, Mali, Congo, RDC, Algérie, Maroc, Cote d’Ivoire, etc. J’étais comme dans un rêve , tellement j’adore ces rencontres.
La réunion était prévue à partir de 14h30 mais c’est vers 16h que Anna en maitresse de Cérémonie avec sa complice une mama arrières grand mère entame les débats avec un vidéo projecteur.
Une conférence co-animée avec comme principe Annah expose en français et la mama Afouseta Nimaga cette arrière grand –mère, donne son opinion éclairée par plusieurs années de médiation en sarakholé ou soninké pour que chacun puisse entendre et comprendre.
Au fur et à mesure les mamas arrivent par vague et la salle commence à se remplir, on entend les bonjours je pourrai dire les « bonssours», fières et élégantes dans les grands boubous elle s’assoient. Pendant ce temps la conférence continue , on entend ici et là chuut chuut, mais qu’importe le message passe et c’est marrant .
Imaginez un peu, avoir ce public et vouloir le tenir comme un enfant, non c’est dans une belle ambiance que la conférence a été menée sans gâcher quoique ce soit.
Selon Anna il y a un gros souci dans les familles : l’utilisation des NTC ?

Du Smartphone, des tablettes, des ordinateurs connectés. Nos mamas qui suivent des cours d’alphabétisation et d’informatique ( Excel, Word, les bases de l’utilisation efficace de l’ordinateur et de internet- Accès aux droits numériques) savent utiliser face book, Skye, whasp, viber, etc c’est dire qu’elles peuvent avec un enseignement adapté progresser pour elles- mêmes mais aussi pour jouer le rôle parental qui consiste à accompagner leurs progénitures souvent nombreuses dans leurs parcours de vie surtout en France.
Un constat quand vous entrer dans une maison, pour taire les enfants on leur donne une tétine ou un gâteau à présent on les colle devant la télé ou on leur confie un appareil connecté pour surfer sur la toile, cette toile si belle a des avantages mais aussi beaucoup d’inconvénients ce qui nécessite de savoir quelques rudiments pour se protéger. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, ce n’est l’objet qui est mauvais c’est l’utilisation qu’on en fait.

Il n’est pas bon de laisser les enfants tout le temps avec ces objets connectés, éduquer c’est sortir aussi, aller au parc, jouer avec les enfants , parler et transmettre le patrimoine culturel. Il ne faut pas éviter d’échanger avec les enfants français de parents étrangers. C’est important pour leur bien-être, l’amour de soi, la confiance et cela permet de savoir que leurs parents sont là disposés à les écouter, les aider et les accompagner dans tout. Si les parents sont incapables il ya des structures, des associations qui pourront vous aider.
Il faut savoir occuper les enfants.
En ce qui concerne les objets connectés il faut une charte d’utilisation et toujours garder un œil sur ce que font les enfants selon Anna et sa complice.

On ne doit pas au motif qu’on est occupé laisser surfer sans contrôle l’enfant, qu’il le veuille ou non les écrans sont envahis pas des publicités agressives que les petits yeux de nos bambins n’ont pas le droit de voir Du porno, des femmes nues, des hommes en action, on peut trouver sur la toile tout et n’importe quoi.
On connait le pouvoir de fascination des images sur nos enfants alors il faut installer le contrôle parental et un anti virus ou encore un logiciel pour bloquer la publicité, etc.
Il faut de temps en temps vérifier l’historique et discuter avec eux sur ce qu’ils doivent regarder, ne pas ouvrir, etc.
Beaucoup de logiciels existent pour protéger les enfants il faut demander conseil.
On nous parle d’un cas un enfant qui aime kirikou pense revoir son film, mal lui en a pris quand il voit un film porno, les gens mal intentionnés ont détourné le mot clé pour diffuser leur vidéo qui aura en commun avec le film initial que le titre mais le contenu est tout autre : choquant.

La conférence bat son plein, les mamas digressent, elles parlent de leur voyage organisé pour connaître l’Europe grâce à Anna et son équipe. L’idée c’est de ne pas s’enfermer, il faut porter le regard plus loin et à présent c’est le sud qu’elles veulent découvrir et ce sera St Tropezz.

Bref c’était une petite pause qui fait partie de ce genre d’exercice Un bon conférencier s’adapte à son public.
Autre digression, une mama nous parle de l’orientation de sa fille. Elle a une fille brillante qui a suivi sa scolarité alors que ses copines blanches ont sauté de classe La maman se demande pourquoi, elle décide d’aller chercher le bulletin de sa fille. Elle se présente et la directrice lui demande ; vous êtes la maman de qui, ah, on ne vous voit jamais, on ne vous connait pas.

Est-ce parce que la directrice se dit ; que cet enfant suive ou pas une scolarité normale ses parents ne connaissant pas le système scolaire ils ne verront que du feu, donc il est possible de faire de ces enfants ce qu’on veut, y compris les pré-orienter dans des filières manuelles etc.
Bien souvent il est conseillé à ces enfants d’arrêter les études pour chercher un métier.
De quel droit les professeurs doivent décider d’orienter de force sans l’avis des parents ces enfants issus de parents immigrés.
Il faut que cela cesse et pour ce faire il faut que les parents soient présents aux réunions, accompagnent les enfants à l’école, discutent avec les enseignants, bref il faut marquer son territoire et montrer que l’enfant a des parents qui suivent sa scolarité et veulent qu’ils réussissent comme les autres. L’idée de la revanche sociale n’est pas une invention vide de sens.

Deux jeunes nous donnent leur expérience quand elles étaient en classe de 3 ème le professeur lui demande que voudrais tu faire, elle répond pilote et la classe de se moquer.
Elle passe le test et résultat falsifié elle échoue. Sa sœur connaissant les aptitudes hors normes de sa sœur va chercher la raison en demandant les notes et les corrections, c’est ainsi que la vérité a été découverte, comment une fille précoce venue d’ailleurs peut battre, passer devant de grande filles de 15 ans ? Aux USA et au Canada cette jeune fille serait privilégiée et choyée pour faciliter sa réussite.

Une autre parle de son cas aussi, toutes les deux ont bataillé, l’une a deux masters dans deux prestigieuses écoles et l’autre idem dans le droit et a crée son entreprise.
Il faut surveiller et accompagner les enfants. Pape cissoko parle de la mise en place d’un groupe de cadres immigrés ayant la possibilité de prendre en stage des jeunes de 3 ème : INSERM, CNRS, les associations, Médecine, sécurité informatique, aéronautique, barreau, etc, et non la cuisine la coiffure qui ne sont pas de sots métiers mais on ne doit pas préorienter nos enfants dans des emplois subalternes.

On doit les laisser rêver et faire le stage de leur choix les grands frères, les cadres,le gotha noir ,etc, bravo à Anna et l’association Halaye du 18 ème de Paris.

Beaucoup de préconisations dans cette causerie riche et variée, dynamique et intéressante : des astuces pour mieux agir

Pour Annah Mbengue il faut une charte d’utilisation de l’ordinateur le téléphone etc
Comment gérer le temps d’utilisation du téléphone.

Dans cet état conférence on utilise le français et certains dialectes pour mieux comprendre et faire passer le message, donner les tablettes, les téléphones aux enfants pour être tranquille ne est pas bien
Dans les mariages les cérémonies des que l enfant bouge la maman sort la tablette et l enfant joue et surfe sur tout et n’importe importe quoi
Les enfants doivent voyager , il faut leur parler du pays d’ origine. Il faut les inciter à visiter la France profonde ils sont français et ils auront l’esprit ouvert. Voyager c’est lire , c’est découvrir et apprendre des rencontres.
Il ne faut pas forcer les enfants à être balayeur caissière les profs décident pour l avenir des enfants Ils décident pour eux alors que les parents ont leur mot à dire. Ils faut aller aux réunions d école; etc.
Pour aider accompagner son enfants il faut aller à l école discuter avec les enfants.

Pour la scolarité des enfants on a dit que les parents doivent refuser que les enseignants décident pourenfants, les parents après avoir échangé avec leurs enfants doivent choisir ce que ces enfants souhaitent. Les parents doivent assister aux réunions d’école, etc.
Pour aider, accompagner son enfant dans sa scolarité, il faut aller à l école discuter avec les enseignants, les parents d’élèves, avec les enfants.

Il faut surveiller les historiques de l’ordinateur pour voir ce que les enfants regardent. Ils vous disent ceci alors qu’ils regardent autre chose.
Les enfants ont deux visages à la maison, sages dehors délinquants, turbulents. Les parents responsables sont vigilants. Il faut fouiller les affaires, les poches et ne pas écouter ceux qui disent qu’il faut faire confiance aveuglément aux enfants qui vivent bien souvent dans des environnements à risque. La tentation, l’imitation, un enfant est un perroquet, il répète il se camouffle pour passer inaperçu. Un vieillard assis voit plus loin qu’un enfant debout.. Il ne faut pas avoir peur de nos enfants on ne doit pas taper mais discuter. Un enfant qui ram-ne des portes des fringues, des chaussures que vous parents n’avaient pas acheté, vous devez lui poser des questions et gérer ce fait sans hésiter. Les parents doivent avoir un devoir de vigilance.

Pour Annah Mbengue il faut une charte d utilisation de l’ordinateur et des objets connectés.

Je dirai toujours merci à notre ami de l’INSERM pape THIAM qui un soir à minuit m’appelle pour me dire je prendrai ce jeune Saibo en stage alors que le jeune homme et son tuteur étaient désespérés.

Selon Anna il y a un réel défaut de communication d’accès à l’information et c’est cela la vraie précarité. Quand nos parents ont l’information elles savent se battre pour exiger leurs droits en tant que citoyennes. Nos mamans sont au centre de la famille c’est pourquoi il faut les former les outiller.

Il faut leur apprendre a laisser les enfants aller vacance, quitter le quartier, voyager et découvrir le monde,la France c’est bon pour leur parcours de vie

C’est autour de boisson et de mets que les discussions ont continué n, des gens ont échangé des cartes de visite pour se revoir et initier ou mutualiser des compétences.

Bravo à Anna et l’association Halaye
Anna nous dit dans face book ceci :

« Il y a un nouvel ordi chez max et Lili et les parents n’ont pas encore installée le Contrôle parental Le temps de tomber dans des pièges et de faire quelques cyber-bêtises !
El la prudence, Lili !
Ce livre de Max et Lili parle de l’Internet, de cette toile d’araignée qui relie tous les ordinateurs, par des câbles ou des ondes. Pour s’informer, jouer, se parler, s’entraider avec une liberté nouvelle…
C’est une révolution !
En poussant le bouton de cette fantastique machine, on fait entrer dans sa maison une bibliothèque infinie, des magasins, des jeux, des films, des copains…
Mais aussi la violence, les images choquantes, de l’arnaque, les pédophiles. Et c’est dur de s’arrêter !
Alors les parents, restez branchés avec vos enfants ! »
Max et Lili se fait piéger sur Internet -No 75

Charte pour devenir un @s du net ! et éviter les pièges Pour une utilisation raisonnée de l’I

Comment mieux protéger les enfants sur internet ?

Internet est un formidable moyen de communication, d’échange et d’accès à la connaissance. Mais qu’il soit accessible d’un ordinateur, d’un téléphone portable, d’une console de jeux ou d’une télévision, il présente des risques que les parents doivent connaître pour mieux protéger leurs enfants.
En effet, ces derniers peuvent être confrontés à des contenus indésirables et préjudiciables lorsqu’ils surfent sur la Toile, comme par exemple : pornographie, pédophilie, haine, violence, racisme, satanisme, sectarisme, incitation au suicide et à l’anorexie, trafics en tous genres…
Utilisateurs et acteurs, enfants et adolescents doivent comprendre et appliquer des règles d’éthique et de prudence pour leur sécurité, mais aussi celles du respect de la vie privée ou du droit à l’image.
Enfin, les jeunes internautes sont exposés à des risques bien souvent par méconnaissance des zones d’ombre du Net. Etre formé et informé, c’est être mieux préparé à en éviter les pièges.

Le rôle des parents est donc avant tout d’accompagner et de mieux contrôler, plutôt que d’interdire l’accès à un média devenu quasiment « incontournable ».
Pour les aider dans cette mission, voici un dossier réalisé avec le concours d’Action Innocence.

Lundi de ……h…… à ……h……      Mardi de ……h…… à ……h……
Mercredi de ……h…… à ……h….. . Jeudi de ……h…… à ……h……
Vendredi de ……h…… à ……h……

Samedi de ……h…… à ……h…… Dimanche de ……h…… à ……h……

Je surfe uniquement sur les sites où j’ai le droit d’aller : ça, c’est la base, trop fastoche !
Je demande la permission aux parents avant d’aller sur un nouveau site. C’est quand même plus prudent…
Faut bien garder un peu de temps pour jouer et faire les devoirs. Alors je respecte mon web emploi du temps :
Mon nom, mon âge, mon adresse, mon téléphone et mes mots de passe : ils ne regardent que moi, alors je ne les donne à personne !
Je n’accepte pas de rendez-vous sans être accompagné par un adulte. Eh ! pas fou Marcel, on sait jamais sur qui on peut tomber !
Evidemment, je n’insulte personne sur internet ! Même si la tête d’un petit camarade ne me revient pas, je donne l’exemple, je reste poli !
1 Si une personne, une image, une vidéo ou un message me dérange, oups, fissa, j’en parle aux parents. Comme ça, c’est eux qui s’en débrouillent !
Si je n’ai pas envie de parler à quelqu’un ou de répondre à ses messages, j’y réponds pas et pis c’est tout.
On n’est quand même pas obligé de causer à tout le monde !
Je ne me déshabille pas devant la webcam. Je ferai ça plus tard devant le miroir de la salle de bains…
Je ne fais rien qui coûte de l’argent. Et je ne donne pas le numéro de carte bleue des parents. Je ne voudrais pas les ruiner !
Je m’engage à relever ces 10 dé¬s pour devenir un @s du net.
Cap-eveil .fr Les 10 défis :

date :
Signature de l’enfant :
Signature des parents

Depuis les USA une amie une femme courageuse qui travaille beaucoup nous dit ceci Mariama SARR :

Mon frère, je me vois en cette dame. En fait, tout ce qu’elle a dit c’est ce que je fais dans ma famille avec mon fils. Je suis parfaitement d’accord avec vous tous. Il faut toujours cliquer sur l’historique de l’utilisation de l’ordinateur, munir l’ordinateur du contrôle parental. Il faut s’intéresser à ce que nos enfants cherchent à l’ordinateur, en discuter s’il le faut, les aider à faire leur devoirs….
Il faut réglementer l’utilisation des appareils électroniques: téléphone, tablette, ordinateur, play station(le type de jeux qu’ils jouent), la télévision…..
C’est bon de chercher de l’argent pour nourrir, s’occuper de sa famille,
réaliser des choses qui seront un bon départ pour nos enfants…. mais des fois cher ami il faut sacrifier cette envie de l’argent pour passer plus de temps avec nos enfants, les aimer, les assister, les guider, les protéger, les surveiller, les aider…..
Il faut une communication ouverte et transparente entre parents et enfants. Il ne faut pas avoir peur de nos enfants mais aussi, il ne faut pas que nos enfants aient peur de nous. Il faut donner la parole aux enfants, savoir les écouter, prendre ce qu’ils nous disent en considération. Pourquoi pas créer une certaine complicité entre nous pour une fluidité de l’information qu’ils gardent (cachent) vers nous. Pour ma part, je veux être la première personne que mes enfants contactent quand ils commettent des bêtises quelque soit la grandeur.
Mon ami, mon frère, j’ai encore plus à dire, mais je m’arrête là car ma petite fille à besoin de moi. Merci du partage!!! Sarr Mariama usa

Un seul mot nous revient à la bouche Merci de vous être approprié de cette 1ère édition qui a dépassée nos espérances de la journée de la femme et de la semaine de la francophonie.
Merci aux partenaires la Mairie de Paris 18, à la Caf de Paris, à la Préfecture de Paris.
Mention spéciale à notre grand professeur d’université de la Franche Comté Doubs Docteur Gueye… Au président Sylla.de SOS Casamance..et à tous les parents de la porte de Montmartre, de la Chapelle, de Clignancourt-Moskowa… sans exception au Collectif Fusion Ailes. Les enjeux et dangers du numérique était au cœur de notre conférence dont le sujet fut : Quelle est la place du numérique dans la famille ?
Conseils et partagés étaient les mots clés de la journée de la Femme. Anna Mbengue

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...