France : Mme Polel SOW de Bordeaux démissionne de l’Union Centriste du Sénégal d’Abdoulaye Baldé

Ma démission de l’Union Centriste du Sénégal d’Abdoulaye Baldé.

Comment j’en suis arrivée à cette décision ?

Je suis membre fondatrice de l’UCS dans la région bordelaise. Je peux aussi affirmer que je figure parmi les membres qui l’ont lancé en Europe dans la diaspora. Et en tant que membre, je suis également connu dans certains pays africains car j’ai été très active dans les réseaux sociaux.
Un jour BALDE m’a appelé du Sénégal et me dit qu’il allait me mettre en contact avec son représentant à Barcelone car il avait un projet de rencontre avec les militants d’Espagne. C’est d’ailleurs ce représentant, Amadou Diao, qui va m’annoncer mon invitation en tant qu’invitée d’honneur au même meeting.
Quand BALDE arrive à Paris, on décide de s’y retrouver et je m’y rendis par avion. A la fin de la réunion et au moment de se séparer, BALDE exprima le vœu de venir à Bordeaux pour tenir meeting. Il me conseilla de prendre contact avec les militants de Paris comme Ibrahima SONKO pour organiser sa venue. Ma présence et ma participation l’avaient certainement rassuré sur mes possibilités d’action politique.
C’est ainsi que je vais mobiliser des personnes à Bordeaux, trouvé une salle, de la sonorisation. J’ai fait la réservation de son hôtel, on est allé le chercher à la gare, j’ai hébergé une partie de la délégation de Paris dans la maison de mon fils pendant trois jours et d’autres chez moi. Out ce beau monde y compris BALDE se restaurait chez moi. J’ai mobilisé mon époux pour la voiture et l’essence.
La réunion eut un grand succès tant au niveau quantitatif que sur le plan qualitatif.
BALDE fut très content de la réunion et il aurait dit dans le train du retour tout le bien sur mon dynamisme et mon potentiel politique pour la mobilisation des membres. C’est dans cette foulée que vont se tenir d’autres réunions à Bordeaux et à Bègles… On a fait du porte à porte… on a sensibilisé des gens.
J’irai jusqu’à réunir des jeunes et d’autres membres adultes jusqu’à mettre en place un bureau et désigné un porte-parole local.
J’ai organisé chez moi une réunion des femmes et on désignera Oulèye Kandé comme présidente des femmes. C’est ainsi que les réunions des femmes se tiendront tantôt che moi, tantôt chez Oulèye Kandé tantôt chez les autres. Il n’y a jamais eu un centime du Parti pour alimenter un budget de fonctionnement. Et donc nous nous débrouillions pour les boissons et autres avec nos moyens propres ou par le peu de vente de carte.
Je vais accueillir pendant quatre jours chez moi celle qui est presque la deuxième du Parti, elle est la directrice des structures, Nicole GAKOU pour valider le bureau. Je fus choquée par l’attitude de certains membres de Bordeaux que j’ai moi-même recruté et qui consistait à remettre en cause ma légitimé à occuper le poste de coordinatrice du simple fait que je n’étais pas du Sud, que parce que j’étais originaire du Fouta, je ne pouvais pas être coordinatrice du parti centriste du Sud ! Quelle idiotie ! Quel niveau de compréhension ou d’incompréhension de la démocratie nationale !
Dire qu’ils partaient se réunir en cati mini sans m’avertir et heureusement un des membres qui m’était resté fidèle me rendait compte de leurs dires. Et cela n’a pas fonctionné.
Moi je n’aime pas l’injustice et je n’aime non plus des divisions. Surtout ces références à la région d’appartenance pour ne pas dire régionalisme. Les responsables politiques doivent être très vigilants quant à ces tendances régionalistes, ethniques et/ou religieuses. Je dis bien tendances, car si on n’y prend pas garde et si on les tait ou les manipule pour des raisons électoralistes, elles peuvent grossir et nous revenir comme un terrible boomerang.
Mais malgré tout je n’ai pas lâché car j’étais présente dans le parti pour mes convictions que je croyais partager avec la majorité des membres de l’UCS et particulièrement avec son dirigeant BALDE. Et j’étai touchée par des paroles de BALDE him self. Dans notre discussion à Bordeaux, il me confia que Karim n’a rien fait à Macky. Et j’étais d’accord avec lui que c’était une injustice et j’étais là aussi pour combattre cette injustice là. C’est vrai comme je l’ai dit ci-haut, j’étais très active sur les réseaux sociaux et je critiquais Macky Sall, je donnais mon point de vue, dans le respect bien sûr mais je ne mâchais pas mes mots.
Beaucoup de membres de l’opposition m’ont contactée d’ailleurs pour que je les rejoigne, sans succès, car moi je suis fidèle en politique par ce que fidèle dan mes convictions. Je n’aime pas trahir et je n’aime pas qu’on me trahisse.
Je commençai toutefois à être fatiguée par ces luttes de pouvoir, cet ostracisme régionaliste et l’absence de réaction du parti. J’ai décidé alors de publier sur ma page facebook ma décision de démissionner.
Mme Gakou m’appela ainsi qe BALDE lui-même pour me persuader d’enlever cette publication de ma page facebook. BALDE insista sur le fait que j’avais fait tout un travail de mobilisation et qu’il regrettait que cela en arrive là. Il est vrai que le courant passait bien avec les militants d’Espagne et de Paris, mais je ne pouvais plus supporter l’attitude de certains membres de Bordeaux.
Il ya trois semaines, j’ai été contactée par le secrétaire de l’UCS Mamadou Diallo de Paris. Il me fait savoir qu’il vient de la part de Nicole Gakou et de BALDE et que leur souhait est que nous nous regroupons pour préparer la venue de notre dirigeant , que BALDE aimerait me rencontrer à cette occasion pour discuter et tout mettre à plat.
J’ai décliné cette proposition car je n’aime pas la trahison : se lever un jour pour partir rejoindre Macky, sans consultation de sa base, chambouler tout et vouloir recoller les morceaux !!!
J’ai même précisé à Diallo que BALDE connaît mon téléphone, il m’appelait des fois des heures durant pour parler politique après sa venue à Bordeaux. Et puis silence radio. Et même pour les législatives, je n’ai pas été désignée comme représentante du Parti ; donc pourquoi tout d’un coup me rappeler pour participer à un meeting et vouloir compter sur moi pour remobiliser sur Bordeaux.
Cela n’est pas possible surtout sur la base de convictions non partagées ;
Je veux donc dire ici officiellement je démissionne du parti Union Centriste du Sénégal .
Polel SOW

Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...