George Weah : «L’Afrique aura un jour son deuxième Ballon d’Or»

Seul Africain à avoir décroché le Ballon d’Or, en 1995, George Weah, sénateur de Monrovia depuis décembre 2014, parle du Libéria mais aussi de sa succession.

da822«Que représente pour vous cette double confrontation entre le Libéria et la Côte d’Ivoire à l’occasion du deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 ?
C’est plus que du football. Je ne peux donner d’avis sans faire un flash-back sur les difficultés qu’ont pu endurer les populations du Libéria lors des problèmes sanitaires lors de la fameuse épidémie Ebola (NDLR : de décembre 2013 à juin 2014, le virus a provoqué la mort d’au moins 1 000 personnes au Libéria). Le pays a vécu des moments difficiles. Les Libériens sont restés solidaires. C’est donc plus qu’une satisfaction de voir que tout soit revenu à la normale aujourd’hui. C’est ainsi que nous avons pu accueillir l’équipe de Tunisie et ensuite celle de Côte d’Ivoire. Cela prouve qu’on peut venir jouer au foot sans crainte au Libéria.
Le Libéria a-t-il les moyens de se qualifier pour la Coupe du monde 2018 ?
À une reprise (pour la Coupe du monde 2002), nous avions failli nous qualifier mais nous avions échoué in extremis L’équipe actuelle est jeune et l’entraîneur, James Debbah, a beaucoup de qualité. L’expérience acquise lors de ses passages au PSG et à Monaco quand il était joueur lui permet d’être à son aise aujourd’hui. Il aide les jeunes à pratiquer un football efficace. C’est ce que nous avons démontré lors de ce match aller face à la Côte d’Ivoire (perdu 0-1). Malheureusement, le manque d’expérience nous a une fois de plus fait défaut. Mais il faut encore y croire pour le match retour (ce mardi 17 novembre à 17h, à Abidjan).
George Weah avec son Ballon d'Or. (L'Equipe)

George Weah avec son Ballon d’Or. (L’Equipe)

«Yaya Touré est un exemple à suivre»

Vous restez le seul Africain récompensé par un Ballon d’Or. C’était il y a déjà vingt ans. Pensez-vous qu’un footballeur africain puisse vite vous succéder ?
C’est le souhait de toute l’Afrique. Le Libéria reste fier d’avoir eu dans son histoire un Ballon d’Or. C’est pourquoi je ne cesse d’encourager les jeunes footballeurs libériens à travailler. C’était cela ma mission. Travailler dur à l’entraînement. Marquer des buts. Être exemplaire dans la vie. Si cela est fait, la voie sera toute tracée pour les jeunes footballeurs africains. Samuel Eto’o, Didier Drogba… et bien d’autres de la récente génération ont suivi cette dynamique. Aujourd’hui, il y a Yaya Touré, le seul footballeur du continent à être sur la liste des 23 nommés du Ballon d’Or cette année. Ce n’est pas un hasard. Je sais qu’il travaille très dur pour y arriver. Il est à encourager. C’est un exemple à suivre. Je suis convaincu que l’Afrique aura un jour son deuxième Ballon d’Or.»

Adam Khalil

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...