Hissène Habré : qui était l’ancien président tchadien décédé à Dakar

Hissène Habré n’est plus. L’ancien président du Tchad est décédé mardi 24 août à Dakar, à l’âge de 79 ans.

Le décès de l’ancien président du Tchad, chassé du pouvoir par Idriss Deby en 1990, est confirmé par M. Malick Sall, le ministre sénégalais de la Justice.

« Habré a été remis entre les mains de son Seigneur », indique Malick Sall sur la chaîne de télévision privée Futurs Médias.

« On a pensé à le libérer après la troisième vague, mais c’est tout un processus. Quand il est tombé malade, il a été interné dans une des cliniques privées les plus huppées de ce pays, et c’est là-bas que la maladie s’est aggravée », ajoute le ministre.

Mais qui était Hissène Habré ?

Hissène Habré, président au Tchad dans les années 1980
Légende image,Hissène Habré, président au Tchad dans les années 1980

Né le 13 août 1942 à Faya-Largeau, Hissène Habré est devenu président de la République du Tchad de 1982 à 1990.

Nommé sous-préfet de Moussoro par le président Tombalbaye, après l’indépendance du Tchad, Hissène Habré va plutard poursuivre ses études en France.

En 1978, après quelques années de rébellion, il est nommé Premier ministre par le général Félix Malloum, alors président de la République.

Une guerre civile éclate dans le pays en février 1979.

Fondateur du Conseil de commandement des forces armées du Nord qui deviendra les Forces armées du Nord, Hissène Habré renverse le président du gouvernement d’union nationale (GUNT), Goukouni Oueddei le 7 juin 1982.

Il supprime le poste de Premier ministre et transforme les FAN en une armée régulière, puis crée une police politique, la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), qui sera à la base de tous les excès dont il sera accusé.

Après quelques années de règne, le président Habré est renversé à son tour par le général Idriss Deby le 1er décembre 1990 et se réfugie au Sénégal avec sa famille.

Les déboires judiciaires

L'ancien chef d'Etat avait été condamné à la prison à vie pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre le 30 mai 2016.
Légende image,L’ancien chef d’Etat avait été condamné à la prison à vie pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre le 30 mai 2016.

Soupçonné d’être responsable de la mort de près de 40 000 personnes, l’ancien président tchadien a fait l’objet de nombreuses poursuites judiciaires.

Arrêté une première fois le 15 novembre 2005 à la suite d’un mandat d’arrêt international émis par la justice belge, Habré sera libéré.

La justice sénégalaise s’étant déclarée incompétente, l’affaire est portée au niveau de l’Union africaine qui, en juillet 2006, mandate le Sénégal pour juger le président Habré pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de tortures.

Le procès démarre le 20 juillet 2015 à Dakar auprès d’une juridiction d’exception mise en place par l’Union africaine (UA) dénommée les Chambres africaines extraordinaires.

Au finish, Habré est reconnu coupable de crimes contre l’humanité, d’esclavage et de de viols, d’enlèvements et exécutions le 30 mai 2016.

Le 29 juillet 2016, il est condamné à verser près de 20 millions de FCFA à chaque victime.

Depuis le 7 avril 2020, à cause de la pandémie du Covid-19, sur demande de son avocat qui a évoqué des raisons de santé, il est placé en résidence surveillée.

Mais le 7 juin 2020, il retourne en prison.

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...