Israël ordonne aux réfugiés africains de quitter le pays en trois mois ou de faire face à la prison.

L’Autorité de la Population et de l’Immigration a appelé cette semaine ceux du Soudan et de l’Erythrée à partir « vers leur pays ou vers un pays tiers », comme le Rwanda ou l’Ouganda.

Ceux qui partent d’ici la fin du mois de mars recevront 3 500 $ (2 600 £), ainsi que de l’argent pour couvrir leur billet d’avion. Mais ceux qui refusent ont été menacés.

Israël les appelle « infiltrés » et dit qu’ils sont pour la plupart des migrants économiques dont le nombre menace le caractère juif.

Mais la plupart des 38 000 « infiltrés » du pays ont fui les conflits et la persécution.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a rejeté l’idée du fait que ceux qui viennent de pays comme le Rwanda et l’Ouganda sont des demandeurs d’asile.

« Nous retournerons le sud de Tel-Aviv aux citoyens d’Israël, ils ne sont pas des réfugiés, mais des infiltrés à la recherche de travail », il a déclaré en août.

 

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...