Journée mondiale du migrant : HSF réclame plus d’intégration, de protection et de respect aux conventions internationales

 13612130_992035587580737_4515503102263341829_n

Le 18 décembre est la date choisie par l’assemblée générale des Nations Unies pour célébrer et promouvoir les droits des travailleurs migrants à travers le monde. Au chapitre des migrations internationales, le stock humain est estimé à plus de 260 millions à travers le monde.

Ce chiffre augmente de plus de 2% chaque année malgré les lois répressives, oppressives, les amalgames et les discours populistes qui dominent sur ces questions.

Des études démographiques ont révélé que 2 à 3 milliards d’individus  supplémentaires seront attendus sur notre planète, faisant de la migration une importante variable d’ajustement d’ici 2050.

Certaines zones ne pourront plus nourrir leurs populations augmentant ainsi les risques de propension et une intensification des flux migratoires sous l’aiguillon de la pauvreté, des guerres et changements climatiques.

La gestion de ces mouvements migratoires est un sujet de discorde, de polémiques à répétition et constitue l’un des plus grands défis auxquels les Etats sont confrontés en ce nouveau millénaire.

Elle pose des problématiques de paix-sécurité, de dignité humaine et génère toute une économie criminelle, souterraine qui charrie le trafic de drogues, d’armes et d’êtres humains.

Bilan et perspectives L’actualité migratoire de l’année 2016 a été marquée par des événements douloureux et tragiques avec ces flux de réfugiés vers l’Europe, ces naufrages aux larges des côtes libyennes (plus de 5000 morts), la crise à Calais avec le démantèlement de la « jungle », sans oublier la série des assassinats, des expulsions ou rapatriements abusifs et le cas des travailleurs migrants de Saoudi OGER dont plus de 400 Sénégalais sans salaire depuis plus d’ un an.

Pour une meilleure gestion du triptyque (immigration –Paix –Sécurité), HSF appelle au renforcement des processus d’intégration, à plus de tolérance, au respect à la dignité humaine, au sens de l’honneur et à l’application des conventions internationales.

Par ailleurs HSF exhorte les nations Unies à l’adoption de lois plus universelles pour plus de protection et la mise en place d’un volet éducatif et explicatif de la migration comme facteur d’équilibre socio-économique : Pas de migration sans intégration.

Boubacar Seye

Président d’Horizon sans Frontières

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...