La Diaspora plombe les concertations sur le Code électoral

9527055-15296373

L’ouverture de l’Assemblée nationale aux 10 futurs représentants de la Diaspora complique les discussions sur le fichier électoral réunissant la majorité, l’opposition et les non alignés autour du ministère de l’Intérieur. Faut-il porter à 160 les sièges de l’hémicycle pour les accueillir ou maintenir le dispositif à 150 et leur faire de la place ?

Selon Le Quotidien de ce vendredi, les plénipotentiaires de la majorité et ceux des non-alignés sont pour une Assemblée nationale à 160, mais n’accordent pas leurs violons sur le critère de répartition des 10 sièges en jeu. Si les premiers souhaitent que les zones ayant le plus grand nombre d’électeurs inscrits aient le plus grand nombre de députés, les seconds proposent que la répartition se fasse sur la base du poids démographique des différents départements ciblés : Afrique, Europe, Amérique et Asie-Océanie.

Pour le mode de vote, la majorité milite pour un scrutin majoritaire à un tour. Ce que ne conteste pas l’opposition qui, cependant, préfère que cela soit adopté, le cas échéant, sur la base de 150 députés.  

 seneweb News

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...