La honte au Sénégal : L’écrasante majorité de la classe politique est constituée de voleurs, selon un journaliste

 Sans titre-2-Récupéré

« Le Témoin » quotidien Pour avoir de tout temps ferraillé d’abord contre un éventuel emprisonnement de Karim Wade, à travers notamment un éditorial qui avait suscité beaucoup de commentaires à l’époque et intitulé « Pourquoi il ne faut pas emprisonner Karim Wade », pour n’avoir pas cessé ensuite, tout au long des plus de trois ans d’emprisonnement du même de réclamer son élargissement, le happy end intervenu dans la nuit de jeudi à vendredi dernier ne peut évidemment que nous remplir d’aise. Nous n’avons cessé d’écrire durant toutes ces quatre dernières années qu’une traque contre des biens supposés mal acquis n’a de sens que si on jette en prison tous les voleurs.

Autrement, qu’on laisse tout le monde en liberté et qu’on cesse de nous donner des leçons de morale. Surtout que notre conviction est faite que toute cette classe politique — en tout cas son écrasante majorité — est constituée de voleurs. C’est en effet devenu banal dans notre pays de voir des gens qui crevaient la dalle lorsqu’ils étaient dans l’opposition évaluer leur patrimoine en termes de milliards quelques années à peine après avoir exercé des responsabilités étatiques, et particulièrement gouvernementales. Regardez donc tous ceux qui aspirent à présider aux destinées de ce pays et, donc, à nous gouverner. Ils sont tous riches à milliards sans avoir hérité cette fortune de leurs parents, ni l’avoir gagnée dans des activités industrielles, agricoles ou autres… bref, dans le business par exemple.

Presque tous l’ont acquise en monnayant leurs positions et signatures dans l’appareil d’Etat. Par conséquent, dans ces conditions, que l’on vienne nous tympaniser avec des histoires de traque à de supposés biens mal acquis, ça ressemble franchement à une vaste blague. Encore une fois, si on devait jeter des voleurs en prison, c’est presque toute la classe politique actuelle, en tout cas ses ténors, qu’il faudrait embastiller. Telle a été de tout temps notre conviction et c’est pourquoi nous avons toujours considéré l’emprisonnement de Karim Wade comme étant particulièrement injuste car relevant d’un règlement comptes pour ne pas dire d’une vengeance de l’actuel président de la République contre celui qui avait été à l’origine de ses malheurs lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale…

Pour en revenir à la libération de Karim Wade, si elle nous réjouit, les conditions dans lesquelles elle est intervenue nous mettent cependant mal à l’aise, on ne sait trop pourquoi. Disons-le tout net : on a la désagréable impression que cette libération a été négociée et qu’elle a fait l’objet d’un « deal ». De ce point de vue, force est de donner raison à M. Idrissa Seck, le leader de Rewmi. C’est comme si, à travers cette grâce accordée par le président de la République au candidat du Pds à la prochaine élection présidentielle, on avait fait au peuple sénégalais un enfant dans le dos. Car avouez que ce n’est pas courant qu’un détenu soit libéré alors qu’un jet privé était en train de l’attendre, moteurs ronronnant, pour le transporter dans l’heure qui suit dans un pays du Golfe persique, le Qatar en l’occurrence. Surtout qu’à bord de ce jet se trouvait déjà le procureur du Roi de ce pays !

Cela veut dire qu’à tout le moins, dans ce richissime Emirat du Golfe, on était dans la confidence de cette libération intervenue en pleine nuit. Oui, à tout le moins… Il s’y ajoute que, c’était un secret de Polichinelle depuis que le bulletin confidentiel français « La lettre du continent » en avait fait la révélation, que Dakar et Doha étaient en négociations au sujet de la libération de l’illustre détenu Karim Meïssa Wade. Ces révélations remontent à deux mois et depuis lors, des émissaires faisaient la navette entre les deux pays pour effectuer les réglages de cette libération. Voir aussi les révélations canalfrance.info que nous publions dans ce journal…

S’il ne s’agissait que d’ouvrir la porte de la cage pour laisser l’oiseau s’envoler, était-il besoin de navettes diplomatiques entre le Golfe et cette partie la plus avancée sur la côte occidentale du continent ? Connaissant l’immense richesse du Qatar ainsi que l’efficacité qui n’est plus à démontrer de sa diplomatie dite du chéquier, il serait fort étonnant que ce pays n’ait pas payé une sorte de rançon — ou au moins une sorte de compensation — en échange de l’élargissement du fils de l’ancien président de la République. Ou alors doit-on croire que c’est par pur « Rahma » (miséricorde) que, en ce mois de Ramadan, le président de la République a accordé sa grâce à Karim Wade et, accessoirement, à Ibrahim Aboukhalil alias Bibo Bourgi et Alioune Samba Diassé ? On voudrait bien croire aux contes de fées mais enfin…

Car si c’était par pur « Rahma », les intercessions et les demandes de pardon n’ont pas manqué depuis trois ans, émanant aussi bien de marabouts sénégalais que de chefs d’Etat africains, les noms des présidents ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, et congolais, Denis Sassou Nguesso, étant les plus fréquemment cités. A notre connaissance, le président de la République, Macky Sall, avait éconduit poliment tous ces demandeurs de pardon en faveur de Karim Wade. Et voilà que ce qui avait été refusé à toutes ces éminentes personnes, on l’accorde à l’émir du Qatar ! On nous cache des choses, assurément…

Pour le moment, évidemment, nul ne peut affirmer que la libération de Karim Wade a été monnayée contre des pétrodollars. Peut-être qu’un jour on saura tous les dessous de cette libération pour le moins intrigante. On ne peut cependant s’empêcher de ressentir, encore une fois, comme une désagréable impression de « deal » qui se serait fait sur la tête des Sénégalais. N’est-ce pas d’ailleurs Karim Wade qui parle des « conditions de ma libération » qui l’auraient empêché de faire ce qu’il aurait voulu à sa sortie ? Des conditions que l’on aimerait bien évidemment connaître. Encore une fois, en attendant qu’il fasse jour sur les tractations ayant précédé cette libération, qu’on nous permette de citer une expression wolof qui résume bien la situation « xel teeyna » (ça donne la nausée) !

S’il n’avait pas donné l’impression d’avoir « dealé » la libération de Karim Wade, quel extraordinaire bénéfice politique le président de la République n’aurait-il pas tiré de cette grâce accordée à un prisonnier devenu finalement très encombrant ! Au lieu de quoi, aujourd’hui, l’opinion n’aura majoritairement retenu qu’une combine, une de plus, sur son dos. Le bénéfice aurait été comparable à celui qu’avait récolté le président Léopold Sédar Senghor lorsque, en 1974, il avait décidé souverainement et sans tractation aucune, de libérer le président Mamadou Dia, premier président du Conseil du Sénégal, ainsi que ses compagnons Valdiodio Ndiaye, Joseph Mbaye et autres. Parmi les graciés de cette année-là figuraient aussi des héros du mouvement estudiantin comme Pape Blondin Diop, Alioune Sall dit Paloma etc. Un acte de grandeur qui avait facilité l’intégration du poète-président au sein de l’Internationale socialiste quelques mois plus tard… Et avait précédé l’instauration du multipartisme dans notre pays.

M.O.N « Le Témoin » quotidien

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...