L’ambassadeur d’Israël au Sénégal, Paul Hirschson prône l’échange d’informations sur la sécurité

Le maintien de la stabilité passe par un échange d’informations et d’expériences parce que la menace sécuritaire est partout, a estimé, mercredi à Dakar, l’ambassadeur d’Israël au Sénégal, Paul Hirschson.
 aaa
Il s’exprimait à l’occasion d’une visite dans les locaux de l’Agence de presse sénégalaise (APS) après sa prise de fonction il y a six mois en remplacement d’Eli Ben Tura.
 
« Il y a quelques mois la sécurité n’était pas un problème au Sénégal chacun pouvait courir et faire son jogging tranquillement sur la Corniche. Aujourd’hui c’est différent (…). Donc il faut aller vers l’échange d’information et d’expérience », a t-il soutenu.
 
Pour l’ambassadeur d’Israël, la menace est partout, il faut donc trouver un moyen de « maintenir la stabilité qui existe ici au Sénégal et l’exporter » à travers des échanges à développement entre les deux pays.
 
M. Hirschson est, en outre, revenu sur les projets que son pays déroule au Sénégal notamment dans le domaine du 
développement durable avec la mise en œuvre de la culture du riz par le système goutte-à-goutte.
 

Abordant la question des relations commerciales avec le Sénégal qu’il a évalué à une centaine de millions de dollars, le diplomate a estimé que les deux pays peuvent faire plus.

« Il y a beaucoup de possibilités d’investissement et d’énormes potentialités qui peuvent être exploitées », a relevé l’ambassadeur d’Israël au Sénégal.

 
Paul Hirschson s’est, par ailleurs, désolé que « les investisseurs israéliens ne soient pas très présents en Afrique de l’Ouest surtout au Sénégal sachant que les 50% des échanges commerciaux avec l’Afrique sont concentrés en Afrique du Sud ».
 
Cela s’explique, selon lui, par le fait qu’il n’existe pas de vol direct vers cette partie de l’Afrique mais aussi d’ambassadeur du Sénégal en Israël.

Le projet d’appui au programme national d’investissement de l’agriculture du Sénégal (PASEN) initié par le Sénégal avec le soutien de l’Israël et de l’Italie a été récemment mis sur orbite pour améliorer la production horticole.

« 70 fermes agricoles modernes seront ouvertes dans les régions de Diourbel, Fatick et Thiès et des milliers de jeunes fermiers y travailleront à l’amélioration des productions horticoles par le système goutte-à-goutte », avait récemment indiqué Paul Hirschson lors d’une conférence de presse. 

aps

 

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...