Le constat alarmant de Transparency International et Afrobaromètre sur la pratique des pots-de-vin en Afrique

Transparency International, en partenariat avec Afrobaromètre, a recueilli l’opinion de milliers de citoyens africains sur la corruption et leur expérience directe de la pratique des pots-de-vin en Afrique. Au finish, un rapport de 42 pages titré « Le Baromètre mondial de la corruption – Afrique 2019 » a été publié par l’organe anti-corruption.

Un travail de terrain a été mené pour avoir des données les plus complètes et les plus détaillées. Afrobaromètre a investigué dans 34 pays de 2016 à 2018 en plus d’une enquête réalisée par Omega Research. Et, le Baromètre mondial de la corruption a présenté les points de vue de plus de 47 000 citoyens de 35 pays africains.

Rapport : Le constat alarmant de Transparency International et Afrobaromètre sur la pratique des pots-de-vin en Afrique.

« Les résultats montrent que plus de la moitié des citoyens considèrent que la corruption s’aggrave dans leur pays et que leur gouvernement ne lutte pas efficacement contre ce problème », renseigne « Le Baromètre mondial de la corruption – Afrique 2019 », publié par Transparency International en partenariat avec Afrobaromètre.

Des personnes ressources ont déploré la régression de la lutte contre la corruption, épinglant notamment les gouvernants. Le rapport révèle également que plus d’une personne sur quatre a dû payer un pot-de-vin au cours de l’année précédente. Il épingle notamment les services publics tels que la santé et l’éducation.

L’organe anti-corruption revient également sur les allégations de corruption visant 35 pays sondés, cela équivaut à environ 130 millions de citoyens. « L’enquête montre aussi que les personnes les plus vulnérables sont les plus durement touchées par la corruption », informe le document.

Ce qui suscite de vives inquiétudes et fait craindre un impact négatif chez les plus démunis. Ces derniers, indique le rapport, sont deux fois plus susceptibles de devoir verser un pot-de-vin que les plus riches.

« Lorsqu’elles doivent s’acquitter de pots-de-vin pour accéder à des services publics essentiels, les familles pauvres ont moins d’argent à consacrer aux besoins cruciaux tels que la nourriture, l’eau et les médicaments », lit-on encore dans le rapport.

Malgré tout cela, le Baromètre laisse entrevoir un changement positif en révélant que plus de la moitié des Africains pense que les citoyens peuvent contribuer à enrayer la corruption.

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...