Le discours du Président Macky Sall à la 33e Sommet de l’Union africaine à Addis Abeba

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...

33e Sommet de l’Union africaine à Addis Abeba : Le discours du Président Macky Sall à la Session inaugurale du Comité africain des Pairs sur les Arts la Culture et le Patrimoine.

Merci beaucoup cher frère, de m’avoir convié à cette session inaugurale du Comité africain des Pairs pour les Arts, la Culture et le Patrimoine.
Je voudrais te félicite pour les efforts appréciables consacrés à la redynamisation de la culture africaine.
Je suis loin d’être surpris par le regain d’intérêt de notre union pour la culture depuis votre désignation comme champion.
Car,  à vrai dire, la culture ne pouvait avoir meilleur avocat qu’un digne fils du mandé, descendant légitime et héritier d’un riche patrimoine culturel de renommée mondiale.
Qu’il me suffise d’évoquer la publication <Des manuscrits de Tombouctou > pour comprendre ce que représente le patrimoine culturel dans le développement des nations modernes.
Sous ce rapport, nous devons sortir la Culture de l’espace  dans lequel elle est confinée. Le développement durable inclusif, que nous appelons de tous nos vœux dans le cadre de l’Agenda 2063, se réalisera également à travers l’élaboration d’une nouvelle vision de la culture.
Ces deux aspects agissent constamment l’un sur l’autre et se complètent mutuellement. Le développement culturel entraîne et accélère le développement économique qui lui fournit, en retour, les moyens de sa qualification et de sa dynamisation.
Dès lors, il est impératif de renforcer le financement de l’économie de la culture.
C’est la raison pour laquelle j’attache du prix à la revalorisation significative du secteur culturel au Sénégal. Ainsi, les différents instruments financiers dédiés à la promotion culturelle et à la valorisation du patrimoine culturel au Sénégal ont été sensiblement renforcés.
Je partage, cher frère IBK, votre conviction profonde que la culture, reflet de l’âme du peuple, n’a pas de prix.
C’est le lieu pour moi de rendre un vibrant hommage à tous nos hommes et femmes de culture.
Nous devons faire face au double défide la formation des acteurs culturels et d’une meilleure intégration de la culture dans tous les domaines d’éducation, d’une part, et, d’autre part, du développement des infrastructures culturelles.

Je soutiens l’initiative du Fonds africain du Patrimoine mondial, en ce qu’elle permettra de renforcer la contribution de la culture au développement socio-économique du Continent.
Mais au-delà, ce Fonds constitue une opportunité remarquable pour restaurer la vérité sur l’immense contribution de notre Continent à l’histoire de l’humanité.
Dans la même veine, il nous faut travailler au renforcement de la coopération régionale et internationale pour le retour des biens du patrimoine culturel africain dans leurs pays d’origine.
Je lance un appel en faveur d’une plus grande synergie entre la Commission de l’Union africaine et les Communautés économiques régionales, notamment la CEDEAO qui vient d’adopter un plan d’action pour le retour des biens culturels.
Je vous remercie.