Le président Macky Sall invite les acteurs du secteur agricole à se tourner vers l’agrobusiness

 Le chef de l’Etat, Macky Sall, a invité, mercredi, les acteurs du secteur agricole à se tourner vers l’agrobusiness pour atteindre l’autosuffisance alimentaire. ’’Pour développer le secteur agricole, il nous faut rompre avec les vieilles pratiques, ne plus considérer l’agriculture comme une activité par défaut, et tourner nos efforts vers l’agrobusiness, la seule façon d’atteindre l’autosuffisance alimentaire et l’exportation de nos produits locaux’’, a-t-il déclaré. 

Macky Sall s’exprimait ainsi à l’occasion de la cérémonie de remise de deux cents tracteurs et unités motorisés au profit de producteurs en provenance des quatorze régions du Sénégal. ’’Cet appui à nos producteurs s’inscrit dans le cadre de la poursuite du programme de modernisation et de mécanisation de notre filière agricole marquée notamment en 2018 par une remise de mille tracteurs cent pour cent subventionnés d’une valeur de trente-deux milliards, ainsi que vingt-deux moissonneuses aux productrices de la Valée et de l’Anambé’’, a fait savoir le chef de l’Etat. S

elon lui, d’autres ’’programmes de plus grande envergure suivront’’ afin de faire ’’de notre agriculture un véritable moteur de la croissance économique’’. ’’C’est la raison pour laquelle, depuis l’année dernière, j’ai fait passer le budget du ministère de l’Agriculture de quarante à soixante milliards de francs CFA’’, a-t-il indiqué, poursuivant que ’’cela nous a permis d’atteindre des productions records’’. Toutefois, le président de la République est d’avis que ’’nous pouvons faire mieux’’. Pour ce faire, ’’il nous faut mettre fin à notre dépendance aux aléas de la pluviométrie par une maitrise de l’eau à travers les différents systèmes d’irrigation’’, a t-il dit. Il a dans le même sillage préconisé ’’une extension’’ des surfaces agricoles, notamment dans la vallée du fleuve Sénégal et dans le Bassin de l’Anambé (Kolda). Macky Sall a en outre mis l’accent sur la nécessité de ’’faciliter davantage l’accès des producteurs aux marchés y compris les grandes surfaces pour le développement de la culture du consommer local, gage de viabilité du secteur’’.


 Le chef de l’Etat a par ailleurs invité les bénéficiaires, de concert avec les autorités administratives locales, à un meilleur suivi et entretien du matériel remis. Selon la présidente du regroupement des producteurs de maïs du Saloum (Kalolack, Fatick, Kaffrine), Nimma Diayté, ces unités motorisées, résultat d’une vieille doléance, vont considérablement améliorer les conditions de travail des producteurs, arguant qu’un tracteur peut labourer jusqu’à quatorze hectares par jour contre un hectare pour le cheval.

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...