Le Sénégal assure les ressorts culturels suffisants pour surmonter toutes les crises ( Bakary Sambe)

L’universitaire sénégalais Bakary Sambe a invité dimanche à Mbour les confréries musulmanes sénégalaises à saisir les opportunités offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour renforcer l’éducation et la formation des jeunes en vue de mieux répondre à la quête de sens de cette catégorie de la population.

M. Sambe, fondateur et directeur de Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies où il coordonne l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique, introduisait une communication à l’occasion de la 22e édition de « l’Université du ramadan » du « Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty » de la capitale de la Petite-Côte.   « Le Sénégal a beaucoup de ressources spirituelles et culturelles qui peuvent nourrir la quête de sens de ses jeunes, mais les confréries devront également saisir cette chance énorme des nouvelles technologies, en s’y intégrant parfaitement, pour que nos enfants ne soient pas manipulés par d’autres offres », a déclaré l’enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis.   Le conférencier, traitant du du thème « Le Coran et les questions de l’heure », fait observer « un grand marché » existe, dans lequel circule à travers le monde les biens symboliques, culturels et philosophiques.   

« Si notre offre d’un islam pacifique, de sécurité et dialogue n’est pas positionné sur ce marché-là, nos enfants vont consommer d’autres offres. Et c’est ce qu’on a vu au Mali et ailleurs’’, a dit Bakary Sambe, considéré comme l’un des plus grands spécialistes du militantisme islamique et des réseaux transnationaux dans le Sahel.   L’islam « n’a pas à craindre la modernité, parce qu’étant intemporel et universel », a-t-il soutenu, estimant que « quelle que soit la modernité qu’on puisse amener à un musulman, il doit la considérer comme faisant partie de son patrimoine qui était perdu ».   Selon lui, le prophète Mouhammed enseigne que « la sagesse, c’est comme un perdu du musulman ; il la récupère partout où il la trouve ».   « La modernité ne saurait déranger l’islam, parce que l’islam est capable d’assimiler cette modernité, parce que lui-même est source de modernité, notamment en philosophie, dans les sciences les plus pointues, en chimie, en mathématiques », a-t-il insisté.    Il affirme que c’est seulement pendant les moments où « l’islam est entré dans une forme de crise identitaire qu’il a commencé à avoir peur de la modernité », avant d’évoquer les problèmes sécuritaires auxquels l’Afrique de l’Ouest.  

Le chercheur est ainsi revenu sur la genèse de ces crises qui sont en train de perturber plusieurs pays, au Mali, au Burkina Faso et au Nigeria par exemple, insistant sur la nécessité de travailler à faire en sorte que le Sénégal soit préservé de ce fléau.     Il relève que « les symboles religieux sont manipulés pour des motifs politiques, avec ce qu’on présente comme le djihad, la guerre sainte, etc., c’est toujours pour des intérêts économiques, avec des gens qui se drapent du manteau de la religion, alors que leurs objectifs initiaux n’ont rien à voir avec l’islam qui est contre toute forme de violence ».  

Il a convoqué les enseignements du défunt khalife général des tidjanes Serigne Cheikh Ahmeth Tidiane Sy Al Makhtoum, pour démontrer qu’il est possible, pour un musulman, « d’être dans son temps et de prendre toutes ces questions-là à bras-le-corps à partir de la lumière du Coran, de la Sunna et de l’héritage islamique ».   « On n’a jamais pu tuer une idéologie par une kalachnikov’’, a indiqué Bakary Sambe, selon qui les « problèmes sociaux » doivent être réglés « par la médiation et la concertation ».   Le Sénégal, assure-t-il, a « les ressorts culturels suffisants » pour « surmonter toutes les crises si on s’appuyait sur l’esprit de dialogue qui a toujours été prôné et qui fait du Sénégal un pays stable

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...