Le Sénégalais Boubou Farba, cofondateur de la Mauritanie

L’expert politique, économique ou législatif le plus en vue au monde n’aurait pas rêvé de diriger un autre pays que le sien ou de diriger une autre nation que celle à laquelle il appartient avec amour et générosité. Pourtant, le Sénégalais, Boubou Farba Dieng a réussi cette difficile équation en Mauritanie.

Tranquillement, l’homme politique chevronné et l’un des fondateurs de la Mauritanie, Boubou Farba Dieng, a quitté la capitale, Nouakchott, le 2 juillet 2021, à l’âge de 83 ans, et après avoir été le premier président du Sénat du pays, en position il a occupé pendant 13 ans.

Début du chemin
L’homme venu des bords du fleuve Sénégal est né, en 1942, dans la ville de Bababe, dans une famille ancienne qui a fait de son descendant l’un des premiers pionniers de l’école, trois ans après l’indépendance du pays.

Farba a terminé ses études universitaires dans la capitale sénégalaise, Dakar, pour obtenir un diplôme en sciences économiques à l’Université Cheikh Anta Diop en 1968. La même année, il a déménagé à Paris, la capitale française, où il a obtenu un diplôme supérieur en économie.

Boubou Farba a étudié en France dans la classe de l’ancien président mauritanien, Sidi Ould Cheikh Abdallah, et du chef du parti Ettakatol, Ahmed Ould Daddah.

Le défunt est revenu au début des années soixante-dix du vingtième siècle, en Mauritanie, qui vivait dans des conditions politiques et économiques difficiles, car cela était connu comme une lutte acharnée entre le régime du défunt président, Mokhtar Ould Daddah et ses opposants.

A cette époque, le régime du pays avait besoin de jeunes cadres pour fonder une nouvelle Mauritanie. A cette époque, Ould Daddah nomma « Farba » directeur du commerce en 1970, poste qu’il occupa jusqu’en 1972.

Celui venant du Sénégal voisin est devenu, par la suite, membre d’un comité chargé de préparer le lancement de la première monnaie nationale, et la sortie de la monnaie ouest-africaine « franc », pour être l’un des contributeurs à la mise en place de l’”ouguiya” en 1973.

Ce fut le début du parcours de Farba à la Banque centrale de Mauritanie, qui a atteint son apogée en 1978, lorsque les militaires l’ont nommé gouverneur de la banque.

Le fils du Sénégal est entré au gouvernement mauritanien comme ministre de l’Économie et des Finances en 1981 et jusqu’en 1982, puis comme ministre de l’Énergie et des Minerais en 1983, avant de revenir la même année comme gouverneur de la Banque centrale.

Boubou Farba Dieng est resté à la tête de la Banque centrale jusqu’en 1987, date à laquelle il a été limogé en lien avec la tension politique qui a balayé le pays, entre le régime et les intellectuels noirs.

En 1991, Farba revient à des postes officiels, lorsque le président Maaouya Ould Sid Ahmed Taya le nomme directeur général de la Compagnie aérienne mauritanienne, poste qu’il occupera pendant un an.

Il a été élu en 1992, en tant que membre du Sénat du quartier El Mina de Nouakchott, et à la tête du conseil lors de sa première session, et est resté en poste jusqu’au renversement du régime d’Ould Taya en 2005.

Deux cultures complémentaires
Taya était l’un de ceux qui ont participé au coup d’État de 1978 et au renversement du président Mokhtar Ould Daddah, la même année. À la suite de ce coup, Taya a été nommé ministre de la Défense, occupant plusieurs postes, notamment celui de commandant de l’état-major de l’armée, de la gendarmerie et le Premier ministre.

Après des années d’accession aux rênes du pouvoir, la Mauritanie a annoncé, par la constitution de juillet 1991, un système pluraliste selon lequel les premières élections présidentielles ont eu lieu en décembre 1992, remportées par le président Muawiya avec 62,65 %.

Taya a été réélu, en décembre 1997, à l’issue d’élections présidentielles boycottées par l’opposition à plus de 73,25 %, et est revenu plus tard pour remporter à nouveau la présidence lors des élections tenues le 7 novembre 2003, avec 66,69 %, après l’échec de la tentative de coup d’État (juin 2003).

L’opposition a considéré les élections comme invalides, et a exigé qu’une nouvelle seconde soit organisée, a convenu à l’unanimité que des “actes frauduleux” avaient eu lieu dans le processus électoral.

Ould Taya a dirigé le pays pendant 21 ans, avec un système pluraliste proche du système de parti unique, à travers le Parti républicain social-démocrate, qui est resté le parti le plus fort même après la chute de Taya.

Le président Ould Taya a passé les premiers jours du coup d’État au Niger, et de là, il a lancé un appel via la chaîne Al-Arabiya aux officiers, sous-officiers et soldats pour qu’ils mettent fin à ce qu’il a appelé la « situation criminelle » à Nouakchott.

Puis il est parti pour la Gambie le 8 août 2005, puis a déménagé avec sa famille au Qatar le 20 du même mois, où il réside jusqu’à présent, et on parle de plus en plus de la possibilité de son retour.

Adieu Farba
Le juge Fadili Ould Rais, ancien conseiller juridique de feu Deng Bobo Varba, a publié à plusieurs reprises une notice nécrologique comme l’un de ses plus proches employés et compagnons, soulignant l’amour de feu la Mauritanie et son attachement à son unité, et sa distance avec la rhétorique extrémiste.

Il a déclaré : « J’ai travaillé avec feu Boubou Farba Dieng pendant 18 ans, j’étais son conseiller juridique et directeur des services législatifs au Sénat, je l’accompagnais dans tous ses déplacements à l’étranger, et pour lui j’étais un petit frère et surtout un ami proche.”

Concernant le défunt, Ould Rais a déclaré : « C’était un nationaliste sans équivoque fort, il n’a jamais introduit de discours extrémiste ou partial, il était à égale distance de tout le monde, ce qui lui a valu beaucoup d’insultes et de critiques de certains cercles extrémistes et racistes. ”

Le défunt conseiller considérait qu’il était « un symbole de deux cultures complémentaires », et expliquait que le défunt était un descendant de « More Elie Ould Fayed », qui s’était installé à « Mon Père » au Sénégal, pour épouser de jeunes immeubles qui portaient le titre de Farba de cette région.

Il a poursuivi en disant: “Cela explique son équilibre fondamental et ses convictions profondes dans une Mauritanie unifiée.”

Il a ajouté : “Boubou Farba Dieng était un manager honnête, humble et méticuleux, pas extravagant ou ostentatoire, et un homme sociable et gentil, dont ceux qui le connaissaient pouvaient témoigner de la pureté de son cœur.”

Choix réfléchi
L’ancien ministre mauritanien, Abdelkader Ould Mohamed, a salué le sens politique élevé de Boubou Farba, en plus de son patriotisme, qui a motivé sa nomination comme premier président du Sénat des représentants du peuple mauritanien.

Dans un article dans lequel il pleurait le défunt, il expliquait que cette nomination à l’époque avait suscité beaucoup de polémiques au sein des cercles politiques mauritaniens.

Il a ajouté qu’au fil du temps, Farba a gagné en confiance dans la justesse de ses choix politiques. Dès sa nomination, il a tenu des réunions bilatérales avec les responsables du parti sur leur diagnostic des problèmes auxquels la Mauritanie est confrontée.

Abdelkader Ould Mohamed déclare dans son article : « Après une franche discussion avec lui, j’ai compris que le choix de ce grand homme pour incarner le Sénat était bien réfléchi.

Il a poursuivi : « La sélection du défunt président du Sénat, qui a été imposée par le président Muawiyah, était un message politique visant à assurer l’unité nationale sur le long terme et à renforcer sa consolidation au niveau des institutions de la république.

Selon l’ancien ministre, Boubou Farba Dieng en était parfaitement conscient, “malgré les critiques et le ridicule de ceux qui ne voyaient en lui qu’un (nègre)”.

La grandeur de son ambition était d’autant plus séduisante que la génération de sénateurs qu’il devait diriger était, en grande partie, la génération d’anciens greffiers d’État qui par leur compétence réussirent à animer le débat parlementaire.

Ould Mohamed a conclu son article en déclarant : « Aujourd’hui, après la dissolution controversée du Sénat, qui était dirigé par l’homme qui incarnait l’histoire parlementaire du pays, on peut dire que la mort du président Boubou Farba est le deuxième décès du député mauritanien. Sénat.”

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...