Les Femmes Leaders de la Diaspora posent le problème de l’absence des femmes dans les sphères décisionnelles

L’association des Femmes Leader de la Diaspora (FLD) s’est réunie hier pour parler de la participation des femmes en politique. Le leadership des femmes Sénégalaises n’aurait pas assez été pris en valeur, ce qui expliquerait leur absence dans les instances de décision. Elles déplorent que les femmes soient rarement dans les sphères exécutives.

« Les femmes sont des fils conducteur. C’est elles qui mobilisent. », Dixit Coumbaly Diaw, trésorière de l’association. Fatou Matar Diop, la secrétaire générale, soutient qu’il faut que pour ne plus être d’éternelles subordonnées, il faut que les femmes soient indépendantes financièrement. Ensuite la présidente, Malène Diaw trouve qu’une des racines du problème est que ce sont toujours les mêmes femmes dans les instances de décisions. Il faut, pour elle, une alternance générationnelle.

L’association propose de démarrer le projet P3S (Plan Settal Sunu Sénégal) afin d’impliquer les femmes des collectivités territoriales dans les actions de sensibilisation au civisme.  En effet, pour elle, les femmes sont plus exposées aux problèmes de quartier car c’est elles qui gèrent les maisons donc habilitées à trouver des solutions.

Fatou Matar Diop ajoute : « Les femmes ont le bagage pour contribuer à l’industrialisation du pays. Dans toutes les régions, beaucoup de femmes ont déjà bénéficié de formations en renforcement de capacités grâce à des ONG et via des associations comme la nôtre. Tout ceci peut être leur contribution par rapport à la prochaine étape du PSE à savoir l’industrialisation du Sénégal. ». Elle propose enfin que le ministère de la femme ne soit plus exclusivement dirigé par des femmes car le sexisme concerne tout le monde.  

Salimata Diop

Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...