L’exil de Mame Seydina Limamou, 93 jours à Gorée

Trois ans, trois jours , trois mois depuis 1301 de l’hégire, ce vocable entourait déjà le quotidien du saint homme, Seydina Limamou Lahi. Ainsi, se confirmaient les éventuelles confrontations à sa mission divine : l’APPEL.

Trois ans après son lancement , des persécutions le poussèrent à un exil de trois jours à Nguediaga dans la commune de Malika, puis s’en suivit le séjour carcéral sur l’île du martyre  sous de simples accusations fallacieuses. Il en sortira victorieux avec son fidèle compagnon, Tafsir Abdoulaye Diallo.

Durant son périple sur l’île martyre, Limamou a su élargir malgré tout le rang de ses disciples et sympathisants dont la fidèle et loyale disciple, la sainte Michelle Sene grand-mère du feu gardien de la maison des esclaves ,Joseph Ndiaye. C’est un 14 septembre 1887 qu’il fut arrête a Malika , après une intense recherche et embarque à bord du navire, Cap Lopez ainsi affirme t-il sur ce bateau dépasse  les rives de Gorée, ‘sachez que je ne suis pas le Mahdi ‘.

Au cours du voyage, les faits n’ont pas trahi Limamou, le fils de Dakarou est le vrai Mahd i: une forte tempête orageuse s’abattit sur le bateau et entraîna d’énormes dégâts obligeant le commandement à accoster sur les rives de l’Île.

Dans la même perspicacité, c’est sous la pluie qu’a eu lieu la cérémonie officielle de la commémoration de la 11 eme édition du pèlerinage de Gorée, ce 14 Septembre.

Amina  Bayo

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...