L’expert en Migration Alioune Ndiaye : « 18 sénégalais tués par balles en Italie entre 2012 et 2018»

iGFM– (Dakar) « 18 sénégalais tués par balles entre 2012 et 2018 en Italie » telles sont les statistiques macabres livrées jeudi à Dakar par l’expert en Migration Alioune Ndiaye, au cours d’un atelier de formation en faveur des journalistes organisé par l’Observatoire des Sénégalais de la Diaspora (OSD), sur la collecte, le traitement et la diffusion de l’information venant des diasporas sénégalaises.

En Florence, raconte-t-il, un extrémiste est entré dans un marché, a pris son pistolet et tiré sur des sénégalais. Deux sont tombés. Deux ans après, un sénégalais ouvrier à Ravena est allé au travail, à la plage, un italien l’a trouvé et l’a tué.

Non loin de là, à Rumini un autre sénégalais a été tué d’une balle dans la tête, il sortait de son restaurant après le travail. Récemment encore, rappelle-t-il, « Notre compatriote Idy Diène a été tué alors qu’il était au marché en train de vendre tranquillement. Il y a eu ensuite un ambulant Assane Diallo a été tué suite à une polémique avec un italien ». Ces assassinats proviennent des éléments de l’extrême droite de la Ligue nord.

Les gens se demandent pourquoi la communauté sénégalaise réputée « calme, travailleuse non violente intégrée est la cible de l’extrême droite. ll y a vraiment problème, aucune suite aux enquêtes, juste des communiqués pour condamner. Alors que récemment quand on a accusé des sénégalais d’avoir violé des espagnoles, c’est le ministre de l’Intérieur de l’Espagne qui s’est déplacé au Sénégal. Aujourd’hui « on nous tue, ce sont des communiqués qui tombent, il y a problème » dit-il l’air dépité.

« Rester chez vous, ou souffrez chez nous en Italie » (Salvini)

A en croire, M. Ndiaye, on assiste à un durcissement de la politique migratoire. Avant d’entrer en Italie, il faut répondre à trois questions « qui es-tu, quelle est ta qualification, quelles sont tes ressources ? » du ministre de l’Intérieur Italien, Matteo Salvini. Dont le slogan hostile aux immigrés est : « Rester chez vous, ou souffrez chez nous en Italie ».  

Avec la dernière modification de la loi sénatoriale, Salvini est en train de changer les textes en des termes très durs. La perte du permis de travailler entraine la perte de séjour sur le territoire italien ; sinon une condamnation de 10 000 à 100 000 Euros. « Si on vous prend, on vous amène dans des camps de concentration pour les irréguliers » dit-il.

Les sénégalais d’Italie sont en train de subir les conséquences de la poussée de l’extrémisme et l’Union Africaine est dans l’obligation de parler d’un seul langage et ne pas négocier singulièrement.

Harouna FALL

Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...