MACKY SALL A LA TÊTE D’UNE REPUBLIQUE DE L’ASSASSINAT EN BOUCLE Dr Seck Mamadou Cadre Libéral – Paris Membre PDS France

Chronique d’une République assassinée

image-2François Fillon, ancien premier ministre de Sarkozy, disait qu’il était à la tête d’un état en faillite au plan économique.

Dans la même veine nous pourrons affirmer sans ambage que le Président Macky, qui se définit comme la lessive « Mr Propre », est à la tête d’un état en faillite morale, en faillite d’éthique, en faillite économique, en faillite sanitaire, en faillite de transparence, en faillite de vision claire !

La vérité, c’est qu’il n’y a ni clarté, ni netteté, ni cohérence dans la démarche de ce régime qui ressemble plus à de la « ratatouille » indigeste pour le peuple plutôt qu’un conglomérat de « 4 vieillards dans le vent » (Niasse, Tanor, Dansokho, Mamadou Ndoye) qui vénèrent le Macky.

Notre maison Sénégal brule et nous regardons ailleurs et nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.
Quand on ajoute de l’illégalité à l’illégalité, on tend à s’asseoir sur un volcan.
La République n’est pas bien gardée, c’est pourquoi il faut qu’on s’en occupe nous-même peuple qui ne sont pas au service du déni de la réalité ou de courtisanerie, mais du droit de savoir des citoyens.

Bien avant, les 13 meurtres ignobles en 2 mois, certains pour des cacahuètes et le plus récent pour de l’argent, c’était l’esprit même de la république, de la démocratie et de l’état de droit qui faisaient l’objet d’assassinat au quotidien par Le Macky depuis 2012.

Le non respect des engagements pris et de la parole donnée au peuple sont, sans aucun doute, des éléments déterminants, constituants et justifiant ces comportements barbares de notre société en quête effréné de kit de survie dans cet Tsunami d’incompétents, d’incapables, d’irresponsables et de manipulateurs des institutions de la républiques.

Devant ces cascades d’ignominies indescriptibles, chacun y va de sa propre musique pour nous parler de « peine de mort » et pas de « peine pour les morts » qui sont déterrer, comme par hasard, à chaque approche d’une échéance électorales et à chaque arrêt des auteurs, s’en suivra leur liberté assurée par les grand BOUHABA qui veulent sauver leur piètre pouvoir de futur mortel !

Oui, la république tue parfois par insuffisance, par incapacité, par irresponsabilité et par carence. La preuve par 9, avec l’histoire de L’Hôpital de FANN, privé d’eau pendant plusieurs jours sans que le Président de la République ou la Ministre de la santé ne daignent se déplacer pour s’enquérir de la situation des malades et remédier à cette catastrophe sanitaire !

Non, Mr le président, notre organisme est constitué à 70% d’eau, votre déplacement à FANN n’est pas moins important que votre déplacement suite au meurtre ignoble de votre Brave militante de Pikine ! Car toutes les vies se valent

Avez-vous évalué le nombre de décès  ou de complications pathologiques liés par ce manque d’eau auto induit par un Etat irresponsable dont vous sériez à sa tête ?

De la même manière que l’état doit garantir la sécurité à chaque citoyen, l’état doit assurer à chaque citoyen le droit à la santé sans quoi l’Etat est passible, au même titre que ces meurtriers ambulants, de poursuite pour des actions meurtrières inavouables.

Je pense, à cet effet, que le célèbre « Burkinabé » Cheikh Diallo perd son temps et son encre en interpellant nos députés sur « leur silence violent » !

Saurait été une question posée à l’Assemblée Nationale Burkinabé, qui a démantelé les méthodes mafieuses de Mr Frank Timis pour s’accaparer de leurs ressources, nous conviendrons de la pertinence de ses interpellations !

Mais, là Mr Cheikh Diallo vous pouvez circuler et il n’y a rien à voir avec cette assemblée que Mr Moustapha Diakhaté, himself, qualifie de la pire législature depuis notre indépendance !

Ce quinquennat, transformé illégalement en septennat, est un désastre et que le régime de Macky Sall continue à abaisser le pays par l’assassinat généralisé de nos institutions.

On dit qu’il est trop bon pour ses discours de reniement ou de renoncement qui ne trouvent échos auprès de sa dynastie Faye-Sall et de ses monstres qui n’en ont cure de l’esprit de nos institutions.

N’ont-ils pas manipulé l’opinion avec la CREI pour ne condamner  Karim Wade uniquement et l’exiler de force au Qatar par peur de sa personne ?

Cheikh Diallo, vous qui étiez un proche collaborateur de Karim, nous vous attendons à interpeller les députés marron sur ce point pour montrer votre innocence dans votre deal avec le régime, en chargeant Karim Wade en échange de votre sortie de prison par la porte dérobée! Avec en bonus interpeller le régime sur les scandales à répétitions concernant nos ressources minières, foncières etc…!

Qu’on arrête, enfin de vouloir sans cesse faire table rase du passé et construire l’Homo Sénégalensis de manière dictatoriale comme un premier totalitariste venu.

Et qu’on vienne pas nous dire avec la doctrine de la pureté d’intention chères aux jésuites que les objectif étaient purs, malgré les dégâts constatés et la catastrophe annoncée.il en était ainsi de l’instauration d’une société de communiste et nous avons vu le résultat.

Donc avec ou sans peine de mort, le malaise est plus profond qu’il n’y paraisse car si un président de la république comme Macky Sall est capable de recycler l’ancien directeur du transport terrestre en président de conseil d’administration épingler par l’OFNAC et Condamné par la justice ou en cours de condamnation  et qui entretenait un réseau mafieux de vente de permis de conduire avec tout le lot de désastre et de mort sur les routes depuis 2012, c’est que vraiment notre pays est mal barré pour dire la vérité !

Je le dit souvent dans mes écrits, que ce pays a besoin d’un médecin et pas d’un malade ! Et pas de bon diagnostic, sans bon médecin !

Il est attesté que le malade APeuRé  a souvent peur, à priori, d’un médecin en blousse blanche  et qu’il est avérer que Macky Sall a Peur de KARIM Wade par peur qu’il le fasse soigner de sa maladie imaginaire qu’est « L’émergence » avec un syndrome de déshydratation patent qui laisse nos hôpitaux les plus prestigieux privés d’eau pendant des semaines. Et il est évident que sans eau, point de vie, point d’émergence, et point d’immersion.

Notre nation est fracturé, désespérée et rien ne peut arrêter une nation qui se dresse face à sa dignité.

Parce que, quand on aura fini d’assassiner nos institutions, les désorientés, les laisser pour compte, les trahis de la société continueront leur assassinat de plus bel quelque soit la dureté des lois qui se profileront surtout portée par un régime qui érige le mensonge d’état en mode de gouvernance scandaleusement tortueuse.

Dr Seck Mamadou

Cadre Libéral – Paris

Membre PDS France

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...