Macky Sall: Que ça plaise ou pas, l’opposition doit subir ma politique

ouiLa décision prise par l’opposition de ne pas répondre à l’appel du Palais pour des concertations autour du référendum a-t-elleirrité le chef de l’Etat ? Tout porte à le croire, au vu des propos durs tenus, hier, par Macky Sall à l’endroit de ses opposants. 

Le chef de l’Etat qui s’exprimait, hier, lors de la rencontre des leaders de «Benno bokk yakaar», exclusivement consacrée à la question du référendum, n’a pas été tendre avec l’opposition qui a refusé de répondre à son appel à des concertations autour de la consultation du 20 mars prochain. «Je crois que les pulsions réelles du pays profond sauront, au soir du 20 mars, faire la différence face à une politique progressiste, au service du plus grand nombre, par rapport à une agitation stérile qui n’a d’autre vocation, d’autre ambition, d’autre expression, que la manifestation d’un désarroi et d’une déstabilisation», a affirmé Macky Sall. Et d’indiquer : «On parle du M23. Je crois que la majorité des acteurs du M23 sont là. Qui d’autres, plus que nous, a assuré la défense de la République face aux agressions, aux coups de canif contre notre République, contre notre Constitution. Nous sommes les véritables défenseurs de cette Constitution». «Nous sommes plus forts, parce que plus nombreux» Selon lui, aujourd’hui plus qu’hier, ils vont protéger ce pays, contre les menées de l’opposition. «Tout ça n’est qu’agitations personnelles. La politique du ôte-toi que je m’y mette. Pourquoi lui ? Pourquoi pas nous ? Ce n’est pas ça qui va régler les problèmes du Sénégal. Et nous sommes plus forts, parce que plus nombreux. C’est à nous de montrer la voie, ce n’est pas à eux», a dit le président de la République. Avant de fulminer : «C’est la démocratie, c’est la loi du plus grand nombre. Et comment une minorité peut imposer une voie à une majorité ? Tant que le choix du peuple ne vient pas inverser ce que j’ai dit, ils doivent subir la politique que nous définissons et que nous mettons en œuvre. C’est ça la démocratie. Que ça plaise ou pas, c’est comme ça, et ce sera comme ça». «Le ‘Non’ n’a jamais prospéré dans ce pays» Sur la question du référendum, le chef de l’Etat est d’avis que le «Oui» va l’emporter sur le «Non». «Le référendum ce n’est pas simplement aller voter ‘Oui’ ou ‘Non’, c’est aussi voter pour la continuation de la politique engagée à la tête de ce pays depuis 2012. Ceux qui voteront ‘Non’ auront choisi une autre voie. C’est leur liberté, mais nous nous engagerons très fermement partout pour que notre message soit bien perçu par le peuple souverain. En toute humilité, et en toute confiance, nous pouvons croire à la victoire du ‘Oui’. C’est une victoire inscrite dans le sens de l’histoire de notre pays», a-t-il soutenu. Et d’enchaîner : «Le ‘Non’ n’a jamais prospéré dans ce pays. Pourquoi voulezvous qu’il prospère aujourd’hui, malgré les efforts que nous faisons, malgré les bilans que nous allons faire ?». A l’en croire, «le schéma a été très clair, et l’essentiel du travail se fera à la base». «Donc, il n’y a pas de temps à des réunions interminables. Nous savons ce que nous devons faire. ll faut que tout le monde retourne chez soi et fasse le travail.

XALIMA (Le Pop)

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...