MAMOUSSÉ DIAGNE REND HOMMAGE À ALIOUNE BADARA CISSÉ, ’’UNE ÉTOILE LUMINEUSE QUI S’EFFACE DU CIEL DE SAINT-LOUIS’’

Le philosophe et universitaire sénégalais Mamoussé Diagne estime qu’une une « étoile lumineuse qui s’efface du ciel de Saint-Louis, du Sénégal et de l’Afrique », avec la mort de l’ancien médiateur de la République Me Alioune Badara Cissé.
Me Alioune Badara Cissé, décédé samedi à Dakar, a été inhumé dimanche en fin d’après-midi au cimetière de Bakhiya, à Touba, la capitale du mouridisme où sa dépouille avait été acheminée après une cérémonie de levée du corps empreinte de sobriété à l’hôpital Principal, à Dakar. 

Le président Sall lui a salué la mémoire du défunt, membre fondateur de l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel, le qualifiant d’ »homme de conviction » et de « brave compagnon ». Dans un texte dont copie a été transmise à l’APS, le professeur Mamoussé Diagne a également rendu hommage à Me Alioune Badara Cissé, natif comme lui de Saint-Louis et cofondateur de la Convention des Saint-Louisiens. « Il y a beaucoup de gens qui font du bien autour d’eux, de façon conjoncturelle, ou presque par hasard, mais qu’on ne peut pas caractériser comme des hommes de bien. Me Alioune Badara Cissé faisait partie de cette race d’hommes auxquels on ne pouvait penser sans un cortège de notions comme le Bien, la Justice et l’Equité », écrit-il. 

 « Le jour où il a été nommé Médiateur de la République, je me suis fait cette remarque silencieuse : voilà que, par les sinuosités d’une histoire presque lisible d’avance, A B C comme tout le monde avait fini par l’appeler affectueusement, vient d’occuper, au cœur de la Cité, la place qui le fait coïncider avec son propre concept, comme Hegel disait de Napoléon qu’il incarnait l’Idée de la Grandeur », note Mamoussé Diagne.  Il estime que « d’ailleurs, dès sa désignation comme Ministre des Affaires étrangères », Alioune Badara Cissé « n’a jamais cessé de figurer le relationnel, pont jeté entre le Même et l’Autre ».  Mamoussé Diagne dit ne retenir du défunt qu’un seul souvenir, qui l’a particulièrement marqué. « Comme il ne m’appelait jamais que « Professeur » ou plus affectueusement « Grand bi », j’eus à le prendre en aparté (…), alors que la rumeur publique lui prêtait une décision grave qu’il était sur le point d’entreprendre », révèle-t-il. 

Et d’ajouter : « J’ai réussi à faire comprendre à ce patriote, nourrissant une passion tyrannique pour sa ville et son pays, qu’il ne saurait être question de poursuivre son dessein. Le cadeau qu’il me fit fut acté dès le lever du soleil ». « Après les Pr Pierre Ndiaye et Moustapha Sourang cette année, voilà une autre étoile lumineuse qui s’efface du ciel de Saint-Louis, du Sénégal et de l’Afrique », conclut le philosophe. 

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...