Massacre de Thiaroye : quand la France faisait feu sur ses tirailleurs

Massacre de Thiaroye : quand la France faisait feu sur ses tirailleurs
A l’entrée du cimetière de Thiaroye, au Sénégal, en 2007, où 380 tirailleurs sénégalais auraient trouvé la mort sous les balles françaises le 1er décembre 1944. (DR)

Le 1er décembre 1944, à Thiaroye, près de Dakar, l’armée Française ouvrait le feu sur des tirailleurs sénégalais rapatriés au pays. Leur crime ? Avoir réclamé leurs soldes. Ces « incidents » furent longtemps occultés et les archives restent parcellaires. Récit.

« N’a pas droit à la mention ‘Mort pour la France' ». L’inscription, écrite dans un coin du dossier de décès de Mbap Senghor, tirailleur sénégalais, numéro de matricule 32.124, est terrible. Tout comme, le tampon « Terminé » qui rappelle que la France ne voulait surtout plus en entendre parler du soldat Mbap Senghor et de sa mort encombrante. Une mort qui se limite à ces quelques mentions laconiques dans son dossier : « Décédé : à Thiaroye », « genre de mort : tué ».

Le dossier de décès de Mbap Senghor, tirailleur sénégalais qui a combattu pour la France et fut abattu à Thiaroye par l’armée française, le 1er décembre 1944. (DR)

C’était le 1er décembre 1944 – il y a 74 ans jour pour jour –, mais sa famille n’a été officiellement avisée qu’en 1953. Mbap Senghor est mort lors des « incidents de Thiaroye » : c’est ainsi qu’on dénomme, pudiquement, au ministère des Armées ce massacre de tirailleurs, qui, démobilisés, réclamaient leurs soldes. Et qu’on a « maté » à la manière forte. L’armée française a ouvert le feu sur eux. Eux qui, pourtant, avaient combattu pour la France. A peu près toute leur vie, comme le montre la fiche d’état signalétique de Mbap Senghor.

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...