Me El Hadji Diouf désigné « Homme de l’Année 2016 » par les sénégalais de la diaspora

10375358-16985095Le député Me El Hadji Diouf, leader du Parti des travailleurs du peuple (Ptp), a été désigné Homme de l’Année 2016 par une bonne partie des sénégalais de la diaspora suite à une enquête réalisée entre les 24 et 30 décembre 2016 au niveau des sénégalais d’Italie, de la France, de la Belgique, d’Espagne et des Etats Unis. Sur 80 personnes touchées, 78 % ont cité en premier le nom de l’avocat. Comme quoi, même s’il demeure actuellement l’un des hommes politiques les plus controversés à cause de ses positions, il symbolise, selon ces compatriotes vivant dans la diaspora interrogés, la cohérence et la vérité politique sénégalaise.

On ne le présente plus sur tout l’échiquier national. Avocat chevronné, Me El Hadji Diouf est aussi un digne représentant du peuple au sein de l’assemblée nationale, qui défend tout haut ce que les citoyens et ses collègues pensent tout bas. Ne redoutant pas à se faire des ennemis, ni à plaire au sommet, il prend ses positions avec courage et les défend avec conviction. Ayant été un acteur brillant le jour du 23 juin 2011, une date fatidique qui marque le réveil du peuple contre les dérives du régime d’Abdoulaye Wade sur le projet de loi du ticket présidentiel, il s’est vu décerner le titre « Homme du 23 juin ».  De ses réflexes, sans doute puisés dans sa lignée de Bour du Saloum, El Hadji Diouf est un véritable combattant social et politique. Dans sa posture de Député et d’avocat, il est, tous les jours de l’année, l’infatigable défenseur des causes nobles et justes. Ce qui n’est pas passé inaperçu au sein des sénégalais de la diaspora qui, comme disait un émigré d’Espagne, observent avec « la hauteur nécessaire pour une appréciation juste ».

Pour rappel, le leader du Parti des travailleurs du peuple (Ptp), Me El Hadji Diouf avait osé s’attirer les foudres des organisations féministes  dans sa volonté pour la suppression de la loi sur la parité afin de « promouvoir le seul mérite ».  

De la même façon, El Hadji Diouf a plaidé pour le retour de la peine de mort. A l’en croire : «La personne qui tue doit être tuée » laisse entendre  l’avocat.

Député à l’Assemblée Nationale et leader du PTP Me El Hadj Diouf avait vivement critiqué les 15 points  portant sur la réforme constitutionnelle et ceci malgré son appartenance à la Coalition Benno Bokk Yakar et son amitié avec le Président de la République, Macky Sall.

Homme de droit, il n’avait pas hésité également à défendre avec ferveur la cause du Pds au sein de l’assemblée nationale pour la reconnaissance de son groupe parlementaire.  » La forfaiture opérée par la majorité en empêchant à l’opposition d’avoir son groupe parlementaire  » pestait-il.

Pendant les durs moments de bataille entre les forces de l’opposition Mankoo Wattu Senegaal et Frank Timis,  le tonitruant avocat avait pris fait et cause pour ce dernier, seul contre tous. Légaliste, il déclarera : «La plainte devant le Procureur est la meilleure des voies»

Sur la crise politique en Gambie,  El Hadji Diouf avait réclamé plus de respect, de considération et  de dignité en faveur du peuple gambien et de l’Afrique. Incompris, il a fait l’objet d’attaques acerbes et injustifiées. Leader politique, il a plusieurs fois défendu la cause panafricaniste. Raison pour laquelle, il s’est démarqué de la position majoritaire au Sénégal et de la communauté internationale sur la situation en Gambie

Avant-hier, le leader du Parti des travailleurs du peuple (Ptp),   après s’être réjoui  de la résolution de l’Onu contre Israël, a demandé purement et simplement la reconnaissance de la Palestine comme Etat.

Pour toutes ses positions diversement appréciées, l’avocat a été désigné « Homme de l’Année » par 78 % des 80 sénégalais de la diaspora d’Italie, en France, en Belgique, en Espagne et des Etas Unis que nous avons interrogés.

Jamil Thiam – Wabitimrew.net

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...