Monsieur Sonko, et si on évitait de tout politiser ! Par Cheikh Doudou Mbaye, Bruxelles, Master en Santé Publique

L’honorable inspecteur des impôts et par ailleurs leader de la formation politique Pastef les patriotes s’est indigné avec émoi sur la supposée déchéance des malades en manque de lits au sein de l’hôpital Général de Grand YOFF ( HOGGY) plus connu sous le nom de CTO. Il soutenait terribles et tristes étaient les images de malades couchés en plein air dans la cour du CTO parce la structure hospitalière ne disposerait pas suffisamment de chambres pour accueillir une patientèle en quête de Prise en charge adéquate. C’était assez pour que la polémique enfle entre la direction de l’hôpital et Monsieur Sonko et ses alliés: Un duel à fleurets mouchetés

Mais que s’est il en réalité passé ?

De nos différents recoupements, il s’est agi en réalité de mesures sanitaires qui tendaient à combattre ce qui est appelé « Infections nosocomiales  » et de quoi s’agit il quand on parle desdites pathologies. Les infections sont dites nosocomiales quand elles surviennent au cours d’une hospitalisation même si elles concernent de prime abord des patients dont l’état de santé est altéré. C’est des événements indésirables qui peuvent survenir lors des soins donnés.

A ce stade de la vie de toute structure sanitaire hospitalière, des actions sont menées au sein de ce qui est appelé aujourd’hui  » Comité d’hygiène » et où par un hygiéniste qui travaille en étroite collaboration avec les services hospitaliers.

Pour combattre les infections nosocomiales, différentes actions sont prisées et ce serait selon la nature et l’augmentation de la résistance des germes, bactéries dans le milieu hospitalier. Ainsi la méthode de désinfection dépendrait-elle de la concentration importante ou pas des germes et bactéries ou microbes. Il est très souvent utilisé entre autres méthodes:

1. La Décontamination
2. La Désinfection
3. L’ Antisepsie
4 .L’ Antiseptique
5.L’ Asepsie

Aucune de ses mesures hygiéniques ne nécessite la présence du patient dans la chambre. Elle peut être faite en amont ou pendant la période d’internat. Le patient peut bel et bien sortir de là chambre si les moyens de locomotion lui permettent. Ici en Belgique,je me suis rendu à l’hôpital Erasme où à accouché la Reine des belges, les patients sont dans les jardins voire même dans les bancs publics avec leurs perfusions sur une tige metalique sur roues le temps qu’on aseptise leurs chambres. Donc les patients peuvent bien se retrouver dans la cour de l’hôpital même si sur le visu pas trop jolie à voir mais possible que l’enceinte du CTO est aussi trop prenable. Rappelons qu’en 2015, plus de 10.000 personnes sont décédées en France des suites d’infections nosocomiales

– Sur un autre registre, il est inconcevable pour une administration hospitalière d’accepter un malade qu’elle ne saurait offrir une prise en charge en internat si necessaire.

1. Il est d’usage que sur le bureau du médecin chef de voir toujours sur un tableau un organigramme de la disponibilité des chambres, lits et les malades sont admis en hospitalisation au prorota des lits à offrir
2. Je ne dirais pas que des malades ne seraient pas en souffrance d’hospitalisation et de disponibilité de lit mais sur les image de l’honorable Inspecteur, lesdits malades sont bel et bien couchés confortablement sur de bons lits qui ne seraient pas des lits de couloir mais bel et bien de chambre. Nuance

Pour finir je dirais que le Sénégal à réglé le problème de l’hospitalisation en mettant l’accent sur une bonne cartographie des pathologies et des hôpitaux comme Fann et Ledantec qui faisaient face à ce problème ont fini d’instituer et d’instaurer ce qui est aujourd’hui copié sur le Sénégal et le Mali : L’ ambulatoire.

Nous avons pour l’essentiel de nos pathologies, maladies chroniques, réglé le problème de l’hospitalisation, si ce n’est pour une personne en phase terminale ou en besoin de paliatif, par le traitement ambulatoire . Les diabétiques, les insuffisants rénaux, les malades du Sida, les malades du cancer en phase primaires ‘ etc…sont essentiellement concerné

Évitons de politiser un secteur aussi vital que notre système de santé et contribuons à son amélioration de façon significative. Ne mettons pas la peur sur le malade ou les probables et futurs internés à tourner un problême d’interprétation d’image sur une des valeurs intreseques de notre système de santé qui est son acceptabilité.

Cr 
Politique & Gestion des Systèmes de soins de santé

 
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...