Pétrole et Gaz: le Sénégal et la Mauritanie en accords

Le président sénégalais Macky Sall et son homologue mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz vont ratifier, ce vendredi, à Nouakchott, « les derniers accords nécessaires à la prise de décision finale d’investissement » du projet de Gaz naturel liquéfié (GNL) du « Grand Tortue-Ahmeyim » (GTA), à cheval entre leurs pays, a-t-on appris du ministère sénégalais du Pétrole et des Energies.
Il est mentionné dans le texte reçu du ministère du Pétrole et des Energies que ce travail a été mené « en parfaite coordination entre les deux pays d’une part, et avec les compagnies pétrolières internationales BP et Kosmos d’autre part’’.
« Cette convention qui assure également un partage juste des recettes fiscales entre les deux pays sera annexée à l’accord de coopération inter-Etats signé le 9 février dernier par les deux ministres du Pétrole », ajoute-t-il.
La Mauritanie et le Sénégal avaient signé à cette date un « accord de coopération intergouvernemental » portant sur l’exploitation de ce champ gazier se trouvant à la frontière maritime entre les deux pays. »Ledit contrat sera négocié de façon détaillée à partir de janvier 2019. Ce protocole, signé par les contractants, est soumis à l’approbation des ministres du Pétrole des deux pays ».
Contrairement au projet pétrolier, précise-t-il, « tout projet gazier nécessite, avant son développement, l’assurance que le gaz à produire trouvera un repreneur.Une fois les évaluations réalisées, les financements assurés, la fiscalité clarifiée, les contractants s’engagent mutuellement et vis-à-vis de l’Etat à développer le projet ».
« Avec l’ensemble de ces accords, le Sénégal va faire un grand pas vers sa destinée de pays producteur de gaz et de pétrole. C’est le top chrono officiel qui marque la fin de la phase d’exploration et le début de la phase d’exploitation », affirme le ministère du Pétrole et des Energies.
Le champ gazier « Grand Tortue/Ahmeyim », mis à jour en janvier 2016, est considéré comme « le plus important gisement » en Afrique de l’Ouest, avec des réserves estimées à 450 milliards de mètres cubes, soit l’équivalent de 14% des réserves de gaz nigérianes.

source : aps.sn

amaye sambou

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...