Pierre Kompany, de réfugié politique à bourgmestre

Pierre Kompany vient d’être élu bourgmestre de Ganshoren, commune bruxelloise avec 28,38% des voix. Un nouvel épisode d’une vie déjà pleine de rebondissements tantôt heureux comme voir son fils, Vincent, devenir un champion au football, tantôt plus difficiles dans son pays d’origine, la République démocratique du Congo.

Ce sont nos caméras qui ont réveillé Pierre Kompany ce matin. Une fois l’interview enregistrée, il a filé vers une réunion avec son parti, le cdh. La journée marathon de Pierre Kompany ne l’a pas empêché d’aller remercier ses électeurs. Même le New York Times l’a contacté pour une interview. C’est ça aussi être le papa d’un diable rouge. « Beaucoup de ceux qui votent me disent qu’ils votent pour moi et pas pour Vincent. Pourquoi? Parce que je suis quelqu’un qui a la facilité d’aborder les gens et d’aller à leur rencontre, je ne changerai pas parce que je suis devenu bourgmestre. »

Devenir bourgmestre? Pierre Kompany n’y avait pas songé une minute quand il est venu s’installer en Belgique. L’homme a fui la République Démocratique du Congo en 1975 et est venu se réfugier en Belgique. « Quand j’étais étudiant, j’ai eu par deux fois des problèmes avec le régime. J’ai été enfermé à Kitona dans un camp militaire pendant 13 mois et 15 jours, sans pouvoir voir mes proches. Une fois libéré, j’ai décidé de partir. Ce parcours m’a amené à être réaliste. » Ses racines, il en est fier mais il ne veut pas non plus être le bourgmestre d’une communauté. « Quand j’ai une personne devant moi, je ne le considère pas en fonction de sa couleur de peau. Je le vois juste comme un être humain. »

L’une des premières choses que Pierre Kompany compte faire une fois l’écharpe maïorale enfilée: s’occuper des logements pour les seniors comme pour les jeunes. La commune a vu son nombre d’habitants augmenter de 17% en 10 ans. Des jeunes ménages viennent s’installer à côté d’une population jusque la vieillissante. Le loyer y est moins cher qu’ailleurs à Bruxelles.

« Vous voyez l’Avenue Charles Quint à Ganshoren? Vous savez combien de logements vides il y a ici? Nonante! Or, il y a des agences immobilière sociales. Mais il faut y investir. » La compétences est régionale mais l’élu dit vouloir travailler main dans la main avec Céline Fremault, ministre bruxelloise du Logement, également cdh, pour les gérer au mieux. A lui de relever le défi, ses électeurs y croient.

Pierre Kompany va rester trois ans au poste de bourgmestre. C’est ensuite son co-listier, Jean-Pierre Van Laethem va prendre le relais.

Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...