Plaidoyer pour une diaspora sénégalaise actrice et maître de son Destin

Depuis les indépendances, le Sénégal s’est inscrit dans la tradition de voir ses citoyens s’expatrier à travers le globe, pour des raisons fondamentalement économiques, mais aussi pour des raisons sportives, éducatives, sociales et culturelles. La principale cause de cette mobilité internationale est l’échec des différentes politiques publiques de développements mises en place au Sénégal par tous les gouvernements qui se sont succédé. Le plus souvent, partir à l’étranger pour « se réaliser » permet de nourrir sa famille, la soigner, la vêtir, l’éduquer et l’instruire. Pour une large part des différentes couches de la société, le changement de statut social se réalise par la migration, la décision se faisant souvent dans la douleur et le déchirement.

Depuis plusieurs années, les statistiques économiques des institutions internationales et nationales mettent l’accent sur la manne financière que les sénégalais de l’étranger font rentrer dans le pays. Ces fonds, même sous-estimés, sont 3 à 4 fois supérieurs à l’aide publique au développement dont notre pays est systématiquement assujetti depuis les indépendances. Malheureusement ces fonds sont sans aucun effet dans le décollage économique du Sénégal, puisque 5% seulement des transferts d’argent des Sénégalais de l’extérieur vont dans l’investissement productif.

Le capital économique et financier des Sénégalais de l’extérieur étant reconnu de tous, il devient une véritable opportunité pour l’essor économique du Sénégal et devra être un instrument efficace de politique publique. Pour cela, la diaspora ne doit pas être seulement « une vache à lait » ou un vivier électoral que l’on utilise à la veille d’élections. Elle doit s’inscrire dans une démarche d’optimisation de la manne financière, se constituer non seulement en force de proposition mais aussi en acteur maitre de son destin.

La Société civile et les mouvements associatifs ont toujours endossé le rôle de vecteurs de développement par la mise en place des projets, par des plaidoyers remarquables souvent soumis aux décideurs politiques, mais sans aucun résultat. Au regard de désillusions successives auxquelles les politiques nous ont habituées, nous avons décidé de prendre notre destin en main et de jouer pleinement notre rôle sans aucune délégation de pouvoirs aux partis politiques.

Depuis le référendum du 20 Mars 2016, les partis politiques n’ont plus le monopole pour présenter des candidats aux élections. Les femmes et les hommes issus de la société civile pourront se présenter à tous les types d’élections, et les Sénégalais de l’extérieur auront la possibilité d’élire des députés issus de leurs rangs. Cette nouvelle situation a révolutionné la donne installée depuis des décennies, à savoir une politique de cloisonnement, une gestion et un exercice du pouvoir dévolus aux seuls partis politiques au détriment de la majorité silencieuse des citoyens que nous sommes.

Pour prendre notre place dans cette quête de construction pour le développent de notre cher pays, la diaspora sénégalaise notamment celle de France se met au premier plan pour des raisons historiques mais aussi pour l’importance de son apport dans la construction.

Dans ce contexte, Diaspora Plurielle se positionne comme acteur novateur dans le jeu des luttes du pouvoir. C’est une organisation issue de la société civile qui s’invite dans le débat politique dans le cadre d’une démarche nouvelle en dehors des partis politiques. Elle se différencie par son envie de ne plus laisser l’exclusivité de la gestion des affaires publiques aux partis politiques, mais aussi par sa volonté d’agir et de ne pas subir.

Les professionnels de la politique ont démontré leur limite dans l’exercice du pouvoir. Les partis politiques depuis 56 ans après les indépendances nous ont fait preuve de leur inaptitude à prendre à bras le corps les problématiques du développement auxquelles notre pays doit faire face aujourd’hui.

Diaspora Plurielle souhaite favoriser une représentation effective des Sénégalais de l’extérieur dans la gestion publique notamment par le biais de la présence de députés issus de la société civile au sein de l’Assemblée Nationale. Cela est possible pour les prochaines élections législatives de 2017, compte tenu du contexte nouveau créé par l’évolution du cadre juridique et réglementaire.

La démarche de Diaspora Plurielle s’inscrit dans un projet citoyen et pour une action politique au service des sénégalais de la diaspora. Jusqu’à présent, les députés de la diaspora issus des partis politiques sont caractérisés par leur inefficacité à résoudre les problématiques propres aux Sénégalais de l’extérieur. Ces députés de la diaspora ne le sont que de nom puisqu’ils n’ont défendu que leurs intérêts corporatistes et partisans. Nous sommes convaincus que ceci n’est pas une fatalité et que nous pourrons changer les choses dès les législatives de 2017.

Diaspora plurielle n’est pas un parti politique, encore moins une association au sens traditionnel du terme, c’est-à-dire rompue à la contestation. C’est un mouvement de veille citoyenne qui se veut être un vivier d’actions et une force de propositions. C’est un mouvement apolitique au sens commun du terme, c’est-à-dire qu’il ne s’inscrit pas systématiquement dans l’objectif ultime de la conquête et de l’exercice du pouvoir.

Le déséquilibre démocratique conduit à des situations d’abus de pouvoirs, de tyrannie, de corruption et enfin à une appropriation de la légitimité du peuple. C’est ce qui se passe aujourd’hui avec l’hyper-présidentialisation sans limite. Un Président qui a tous les pouvoirs, y compris le droit de vie et de mort sur les citoyens que nous sommes.

Nous Sénégalais de l’extérieur, nous nous devons d’élever la voix car nous sommes cette majorité silencieuse de citoyens sans étiquette politique. Cette catégorie qui confère toujours le pouvoir et qui, souvent se résigne à se battre pour avoir été déçue et trompée par des hommes et femmes dont l’ambition est loin d’être la construction nationale mais celle de leurs familles, amis, réseaux, intérêts et desseins occultes. Jusqu’à quand devrons-nous accepter cette tromperie connue de tous ? Conscients du rejet systématique des partis politiques, nous Diaspora Plurielle, nous nous sommes levés pour nous constituer en bouclier contre ces prédateurs de politiciens et pour la défense des intérêts des Sénégalais de l’extérieur.

Diaspora Plurielle compte d’abord se déployer sur le territoire national français pour appeler les sénégalais à communier ensemble afin de relever le défi de la réalisation des valeurs et de l’idéal des sénégalais de l’extérieur. Ce déploiement commence par la concertation avec les sénégalais dans toutes régions de France. Il aboutira à la constitution, aux élections législatives de 2017, d’une liste de Diaspora Plurielle pour élire des députés dédiés exclusivement aux sénégalais de l’extérieur conformément à la constitution et à la future loi organique qui nous en donnera les contours et modalités.

Vous nous trouverez sur le terrain au travers des rencontres citoyennes, sur l’étendue du territoire français. Un maillage intelligent et une cartographie des sénégalais de France sont déjà actés et le déploiement se fera comme cela n’a jamais été fait par le passé. Nous avons décidé d’être au plus près de tous les sénégalais sans exclusion aucune car pour diaspora plurielle, chaque sénégalais compte.

La situation des sénégalais de l’extérieur évoluera positivement avec nos futurs nouveaux députés issus de la Diaspora et pleinement conscients de leurs rôles. Ces députés devront rendre compte périodiquement à leur électorat. Cela sera au cœur de notre charte de gouvernance que nous vous présenterons et que nos candidats devront acter avant d’être investi sur notre liste. Une charte qui prendra en compte toutes les revendications et demandes des sénégalais de l’extérieur, sans distinction d’origines, d’ethnies, de religions, d’appartenance ou non à des partis politiques.

Cette charte sera le reflet de notre sentiment fort et immuable d’appartenance, qui nous enracine et cimente en permanence notre encrage dans ces valeurs immémoriales que nos ancêtres nous ont léguées.

Par ailleurs, nous exhortons les décideurs politiques sur la nécessité de tenir compte des spécificités de la communauté en matière de démarche administrative (parrainage de nos candidats) et de conditions financières (caution à déposer) des candidatures des sénégalais de l’extérieur dans la loi organique.

Diaspora Plurielle s’engage avec vous pour qu’ensemble nous ayons nos propres députés, issus de nos rangs, pour défendre nos intérêts à l’assemblée nationale. Cette grande conquête se fera avec la claire conscience sans faille de chaque citoyen, où qu’il se trouve dans la diaspora. Car faut-il encore le rappeler, il n’y a pas un Grand pays sans un Grand peuple. À nous d’être grand si nous ambitionnons la grandeur de notre patrie !

Nous Comptons sur votre mobilisation pour relever ce grand challenge. Nous vous donnons rendez sur nos routes et rencontres inclusives et citoyennes. Nous vous invitons à nous suivre sur nos supports de communication numériques.

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...