Prières et hommages contre invectives et frondes. Chronique du journaliste Bader

BADERLa date du 28 mai retenue par le Président Macky Sall avance à grands pas. Ce sera ce samedi. Mais, si les chefs religieux et coutumiers seront autour de la table des échanges, parce que ne pouvant souffrir les rigueurs de l’opposition, dans le camp de la société civile les positions de quelques associations pourraient à l’occasion heurter les tenants du pouvoir, pour ne pas dire son dépositaire actuel. Car, les leaders de la société civile ne pourront pas occulter  la corruption, l’enrichissement illicite et le népotisme qui gangrènent de plus  en plus le Sénégal ; tout comme la violation des droits de l’homme et des libertés, entre autres questions.

Ne pas le faire ce serait  se disqualifier de fait. Or, dans cette « plaidoirie » force sera d’évoquer l’affaire de la société Petro Tim, dans laquelle est cité le frangin du président, et bien d’autres dossiers qui pourraient fâcher ceux que l’on nomme la « dynastie Faye Sall ». Ainsi, ce 28 mai ladite société civile sera face à ses responsabilités et à l’Histoire. Horizons sans frontières a déjà donné le ton.

Comme cette Organisation non gouvernementale, il y a de fortes probabilités que quelques ténors de l’opposition ne répondront pas à aussi à l’appel de Macky, puisque ne l’estimant pas être une urgence nationale. D’autres formation le feront au nom de « principes » ; ceci d’autant plus qu’on ne peut pas causer de choses sérieuses et collectives, sans en savoir l’essence avant la palabre. Ce qui risque d’être le cas pour ce « dialogue national », dont même des proches du Président ne connaissent pas les grandes lignes. Naturellement, le camp de la mouvance présidentielle sera autour de la table, pour négocier sa participation, voire l’élaguer. Cette rencontre pourrait, également, être entachée par les syndicats d’enseignants, en particulier ; si elle ne sonne pas le début de la prise en charge de leurs revendications, qui plombent depuis des mois leurs secteurs d’activités.

Le dialogue national auquel a appelé le Président Sall verra ainsi des places dégarnies. Il pourrait bien aussi buter ses des points chauds. Il se tiendra quand même. Et, le Président Sall en sortira inondé par les prières des chefs coutumiers et religieux, avec les remerciements et renouvellements d’allégeance de ses partisans. C’est donc dire que le 28 mai, le Président Macky entendra des hommages et prières, avant de continuer à avoir les échos des invectives et frondes.

Alioune Badara DIALLO   wabitimrew.net

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...