« Quand Cheikh Hamidou Kane décide de vendre ses terres à Mbane, l’aventure devient ambiguë pour des milliers de familles paysannes. »

A quand la fin de cette série d’accaparement de terres qui rythme la commune de Mbane, telle est la question la plus posée par sa population ; surtout la jeunesse incapable de trouver un hectare pour le developpement d’un projet agricole individuel.

Depuis 2009, la commune de Mbane, dans le departement de Dagana est devenue très célèbre par l’ampleur des scandales fonciers qui la secouent.

Cette commune qui regorge de terres fertiles et un vaste réseau hydrographique alimenté par le lac de Guier , est victime d’accaparement de ses terres les plus accessibles au profit de spéculateurs fonciers et d’agro-business, au détriment d’une population paysanne réduite en classe ouvrière mal payée et  exposée aux maladies cancérigènes du fait des engrais chimiques utilisés pour la fertilisation.

Ce système d’exploitation agricole a fait de Mbane, la commune la plus riche de par les richesses crées par les entreprises agricoles privées, mais Mbane a la population la plus pauvre du departement du fait de sa jeunesse réduite en classe ouvrière incapable de couvrir ses dépenses mensuelles ; là où les entreprises agricoles privées font des milliards de chiffres d’affaires.

Déjà, la population n’a pas fini de vider toutes ses larmes, surgissent aujourd’hui, l’affaire Cheikh Hamidou Kane. Ce dernier, très célèbre pour son œuvre littéraire intitulé : l’aventure ambiguë, avait acquis un bail  de 7961 ha, dans les années 1970, qu’il décide de vendre aux enchères ce mercredi 31 juillet  à Saint Louis. Depuis 34 ans, Cheikh Hamidou, n’a pas valorisé ces terres. Du coup, plusieurs villages y sont installés en pratiquant de l’agriculture irriguée et de l’élevage. En effet, les villages de Temeye ; victime d’inondation dans les années 2000, avec la remontée du lac ont été installés sur ces terres.

La vente de ces terres va entrainer :

·         La perte d’identité des populations qui ont un vécu dans cet espace, qui y ont enterré leur mort, qui ont fini d’imprimer leur histoire sur ces terres du Waalo. Perdre ces terres est égal à l’effacement de l’histoire de tout un peuple composé d’agriculteur, éleveur et pécheur vivant en parfaite harmonie et de cohésion sociale.

·         L’installation d’une insécurité alimentaire de familles paysannes qui ont l’agriculture comme seule source de revenus économiques.

·         La perte du poumon économique de la commune de Mbane. En effet, depuis quelques années, un modèle d’entreprenariat rural s’est développé dans cet espace où les exploitants agricoles génèrent de revenus économiques considérables par la production et la commercialisation de produits agricoles (ognons, patates).

Nous lançons un appel au président de la république du Sénégal ; son excellence Monsieur Macky Sall pour l’annulation du bail afin de permettre un bon climat social entre acteurs de ce terroir et que l’aventure ne soit point ambiguë pour ces populations qui du jour au lendemain sont expropriés de leurs terres les plus fertiles et les plus accessibles du lac de Guier.

Sidaty Oumar Sow/ Responsable politique APR Mbane/

Membre CCR Dagana. 773512226

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...