Surpeuplement carcéral au Sénégal: 2000 détenus crêchent à Rebeuss sur 600 places possibles

 Le surpeuplement carcéral est une réalité au Sénégal. La preuve par la Maison d’arrêt de Rebeuss (Mar) qui accueille plus de trois fois sa capacité d’accueil. En effet, sur les 8000 détenus que comptent les prisons sénégalaises, la Mar enferme le quart, soit 2000 pensionnaires, alors que sa capacité d’accueil n’est que de 600 pensionnaires.

6382686-96273508000 personnes sont dans les liens de la détention au Sénégal. Le chiffre est du Garde des Sceaux, ministre de la Justice Sidiki Kaba. Hier, jeudi 3 décembre, à l’occasion du vote de budget de son département, le Garde des Sceaux est revenu sur le surpeuplement carcéral. Sidiki Kaba a annoncé, par ailleurs, que parmi ce nombre important de prisonniers, le quart est détenu à Rebeuss.

Cette maison d’arrêt accueille 2000 pensionnaires alors que sa capacité d’accueil est évaluée à 600 personnes. Soit plus de trois fois sa capacité d’accueil.

S’adressant toujours aux députés, le ministre de la Justice soutient que le surpeuplement carcéral persistera tant qu’il y’aura les longues détentions préventives. En effet, 501 personnes sont en attente de jugement, a dit le ministre. Parmi ces derniers, 271 détenus sont épinglés pour des délits relatifs au trafic de drogue. Par conséquent, un long traitement des dossiers est indispensable puisqu’il implique la présence d’experts avant l’ouverture des sessions d’assises, a expliqué Sidiki Kaba.

RECRUTEMENT ANNONCE DE 60 MAGISTRATS ET 150 GARDES PENITENTIAIRES

Evoquant toujours les longues détentions préventives, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice a jugé que la réforme du Code pénal et du Code de procédure pénal reste l’élément essentiel dans la lutte contre le surpeuplement carcéral. En attendant, la séparation des détenus par âge et par sexe sera bientôt effective à la maison d’arrêt et de correction de Thiès, selon le Garde des Sceaux. Profitant du vote de budget de son département, Sidiki Kaba a annoncé le recrutement de 60 autres magistrats pour alléger les cabinets d’instruction. 150 gardes pénitentiaires seront aussi recrutés à cause de nombreux départs à la retraite.

FINANCEMENT DE LA PRISON DE SEBIKOTANE : L’Etat met en vente Rebeuss

Pour financer la construction de la prison de Sébikotane, l’Etat du Sénégal a décidé de vendre le site de l’actuelle Maison d’arrêt de Rebeuss. Evalué à plus de 6 milliards, Rebeuss devra être cédé après une procédure administrative, a dit le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Sidiki Kaba, hier, jeudi 3 décembre.

Vétuste et surpeuplée, la Maison d’arrêt de Rebeuss devra être délocalisée. Ainsi, pour financer la construction de la nouvelle prison de Sébikotane, l’Etat du Sénégal a mis en vente le site de l’actuelle Maison d’arrêt de Rebeuss. Le prix de vente est estimé à 6.791.758.320 F Cfa. Cependant, a dit le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, la vente de Rebeuss doit suivre plusieurs étapes dont l’autorisation de vente qui devra être délivrée par l’Assemblée nationale. Une autre considération à prendre en compte dans cette affaire, c’est le choix d’un partenaire qui accepterait d’investir ses ressources en attendant la fin des travaux de la Maison d’arrêt et de Sébikotane prévue dans 3 ans. Le garde des sceaux a, par ailleurs, soutenu qu’un partenaire intéressé par le projet a été trouvé.

Cette option des autorités étatiques de construire la Maison d’arrêt et de correction de Sébikotane à partir de la vente du site de Rebeuss est liée au fait que le financement ne peut être inscrit dans le budget à cause d’une forte résistance de l’opinion publique qui n’approuve pas le financement de la construction d’une prison dans un pays où le chômage des jeunes est important, a soutenu le ministre de la Justice.

En attendant la construction de nouvelles prisons, le Garde des Sceaux a annoncé qu’un local pouvant contenir 200 détenus a été construit à Rebeuss. Une deuxième chambre de 100 lits y est en sentier. Mieux, a dit Sidiki Kaba, pour être en phase avec les normes de détention et de traitement en milieu carcéral, son département a entrepris des projets de construction et de réhabilitation des établissements pénitentiaires. A cet effet, 280 millions de F Cfa ont été inscrits dans le budget de 2015. Aussi, 270 millions F Cfa sont prévus dans le budget de 2016. De même, 40 millions de F Cfa sont destinés à l’achat de matériels et d’outillage techniques.

BUDGET DU MINISTERE DE LA JUSTICE : Sidiki Kaba en hausse de plus de 2 milliards

Le budget du ministère de la Justice a connu une hausse de 2.612.153.760 F Cfa. Arrêté en 2015 à 27.689.503.660 F Cfa, il est passé à 30.301.657.420 F Cfa pour l’année 2016. La hausse de l’enveloppe attribuée au département de la Justice est due au relèvement de l’allocation journalière du détenu qui passera à 1000 F Cfa en 2016. D’autres raisons justifiant l’augmentation du budget du ministère de la Justice sont aussi le paiement des frais d’actes et de contentieux estimé à 278.310.426 F Cfa, les dotations de costumes d’audience aux magistrats et greffiers pour 100 millions de F Cfa et l’appui aux Chambres criminelles nouvellement créées dans les Tribunaux de grande instance pour un montant de 113 millions de F Cfa.

Sidiki Kaba répond à Fatou Thiam

Le ministre de la justice qui s’est présenté à l’Assemblée nationale hier, jeudi 3 décembre avec arguments en bandoulière. En effet, interpellé par le député Fatou Thiam sur sa distinction de légion d’honneur décernée par le Président Français Hollande, alors qu’il n’en a pas reçu au Sénégal, Sidiki Kaba a rappelé au parlementaire que l’ancien Président de la République Abdoulaye Wade a été l’un des premiers dirigeants à reconnaitre son combat pour la défense des libertés en l’élevant au grade de chevalier en 2001. Un acte de reconnaissance pour son combat vieux de 37 ans précise-t-il.

Sud Quotidien

 

 

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...