VAUTOURS POLITICO-AFFAIRISTES ET « GORGORLUS » Par Abdou Ndukur Kacc Ndao

f028aa9496fa3ddc3ff41813ed2863c7_L
Notre pays est encore engagé dans ses petites querelles de bornes-fontaines. Loin des vraies préoccupations d’un peuple qui regarde avec délectation et tristesse une classe politique d’agitation. Son président sait faire de la politique. Mais il ne sait pas travailler à imprimer au pays une trajectoire captive centrée sur son développement économique et social. Entre la double nationalité agitée et Sonko, le pays donne l’image de la radio des milles collines. Dans les conditions actuelles, tout porte à croire que Macky va rempiler car en face nous avons souvent des tombeaux vides coincés entre les réseaux sociaux et des discussions de salon autour d’une chéchia si ce n’est une bouteille de whisky qui équivaut au revenu moyen annuel d’un pauvre paysan sénégalais.
Entre Sonko et la double nationalité, face aux forces d’inertie qui ont gagné les forces les plus avancées, se jouent des logiques intelligentes de divertissement, de pare-feux. Il est quand même facile pour nous sénégalais de se « réfugier » derrière Sonko ou Abdoul Mbaye. Certains avaient juré de défendre l’Inspecteur des impôts à tous prix. Pour lutter contre ce régime de Macky de plus en plus violent et arrogant. Très peu de ceux qui faisaient feu de tous bois dans la dénonciation organiseront une marche pour Sonko. Le messianisme est passé par là. Soit Sonko est le messie, soit il est le fou du village.
En réalité, il y’a deux pays qui cohabitent en même temps. Le panier à crabes des « vautours politico affairistes » et les « goorgoolus ». Lorsqu’on analyse des discours publics ou privés, on constate bien que la plupart des gens sont indignés mais sont attentistes. C’est sans doute parce qu’ils n’ont pas besoin de Sonko pour voir les dérives du régime de Macky. Ils les vivent au quotidien. Mais en attendant, chacun attend une «offre» politique. Cette offre n’exclut pas celle de Macky et ils sont aussi disposés à coopérer car mangeurs de tous les râteliers. Et plein de sénégalais raisonnent ainsi. Ils voudraient y être ou avoir un proche dedans pour leur propre survie individuelle. Le discours est clair et net : « Grand ne soyez pas égoïste, il faut vous investir pour nous tendre la perche nous aussi ». Il y’a comme une sorte de désespérance généralisée qui a finit de discréditer presque toutes les forces y compris « patriotiques ». Voila aussi ce qui démontre la profondeur du problème. C’est malheureusement la situation réelle du pays.
Il ne faut pas se voiler la face car ce pays est dans le déni permanent de sa réalité. Si on ne sort pas de ce bal masqué la solution ne va être facile à trouver. Sonko symbolise la faillite de l’Etat républicain, l’incurie des corps de contrôle et la débandade des contre pouvoirs. Ce garçon est courageux, mais n’aurait pas dû exister. Il est un iceberg dans le silence …Ce qui est terrible, c’est que peu de gens bougeront pour le soutenir réellement. Ils vont se fendre en communiqués de presse. Il pourra engranger de la sympathie politique peu convertissable en majorités sociologiques électoralement actives. Car chacun restera dans sa zone de confort. Avant Sonko, nous avons eu les Mamadou Lamine Diallo, etc. Jusqu’à présent, tous les porteurs de discours de type « mains propres » « orthodoxie » ont été attirés des « sympathies » mais disqualifiés par l’électorat. Car le vrai paradigme de fonctionnement de ce pays est que les discours ne correspondent pas aux pratiques. Nos compatriotes sont forts à vous encenser mais peu mobilisables à vous défendre lorsque l’épée de Damoclès vous tombe dessus. Voilà nos lâchetés permanentes et nos zones de confort que nous défendons avec autant de duplicités.
ANKN

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...