Viols sordides à l’institut des Aveugles du Mali : des enseignants engrossent trois filles non-voyantes

Viol1-600x330

De forts soupçons pèsent sur les encadreurs dans le scandale de grossesses non désirées qui éclabousse l’Institut des jeunes aveugles du Mali (IJA).

Les auteurs présumés seraient des enseignants de l’établissement alors même qu’ils sont censés donner un sens à la vie des non-voyants. Protégée comme un moustique sur une partie intime, l’information a fini par se retrouver dans les colonnes de votre hebdo.  Qui l’aurait cru ? Trois filles mineures dont celle qui a imité Nahawa Doumbia lors de la télé réalité Mini-star en 2014,  sont enceintes aujourd’hui.

Selon une source proche de l’Institut, les grossesses en question sont avancées. Mais le hic dans l’histoire, c’est qu’à la date d’aujourd’hui, personne ne sait encore qui sont leurs auteurs réels. Les trois futures mères ont catégoriquement refusé de donner les noms de leurs « bien-aimés ».

Lors d’une récente visite, le ministre de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Ba, aurait constaté la grossesse de Fatoumata Traoré, celle qui avait imité Nahawa Doumbia. Elle aurait tout fait pour que la petite lui dise le mot l’auteur de la grossesse, mais en vain.

C’est la même posture silencieuse que les deux autres ont prise. L’association des parents d’élèves de l’établissement, nous indique-t-on, a également fait pression sur les filles pour connaître l’identité des auteurs de cet acte odieux et crapuleux. Rien n’a filtré là encore.

Que cache le silence des trois filles ? De gros soupçons pèsent sur l’encadrement de l’école. Ce, pour plusieurs raisons. D’abord, il se trouve que dans cet établissement scolaire, tous les élèves  sont internés. Ils y passent toute l’année scolaire. C’est seulement pendant les congés de Noël et de Pâques et pendant quelques week-ends qu’ils sont autorisés à aller dans leurs familles respectives.

A l’école, ils ne sont en contact direct qu’avec les encadreurs. De plus, les filles sont séparées des garçons. Cette sale affaire met à nu une fois de plus le manque de sérieux qui prévaut désormais cette vieille structure construite en 1973 pour s’occuper uniquement de l’éducation des jeunes aveugles.

Un moment, la structure était appuyée par beaucoup de bienfaiteurs qui envoyaient des soutiens, mais qui, par finir, l’ont abandonnée pour son manque de sérieux.

Aujourd’hui, c’est une vraie galère qui règne dans cet établissement scolaire.

Nous y reviendrons !

D.S

Source: La Sirène

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...