Visite à haute portée symbolique du président Macron au Nigeria

Au-delà de sa visite à haute portée symbolique au Shrine, club phare de Fela Kuti, le président français veut faire du Nigeria un cas d’école pour faire des affaires en Afrique.

  <p>Le pr&#233;sident Franc&#231;ais Emmanuel Macron effectue sa premi&#232;re visite officielle au Nigeria, mais pour l'anecdote il y a d&#233;j&#224; effectu&#233; son stage de fin d'&#233;tudes de l'ENA, &#224; Abuja, la capitale f&#233;d&#233;rale.&#160;</p>
Le président Francçais Emmanuel Macron effectue sa première visite officielle au Nigeria, mais pour l’anecdote il y a déjà effectué son stage de fin d’études de l’ENA, à Abuja, la capitale fédérale. 
Après la Mauritanie, c’est au Nigeria que se rend le président français, Emmanuel Macron, bien décidé à imprimer sa marque dans les pays africains anglophones.Jeunesse et culture sont au cœur de son programme durant les deux jours de son séjour nigérian. Emmanuel Macron est l’invité de marque très attendu de la soirée culturelle au Shrine, le mythique club de l’Afrobeat ouvert par le chanteur Fela Kuti et relancé par ses enfants, Femi, Seun et Yeni Kuti. Accompagné des musiciens sénégalais Youssou N’dour et béninoise Angelique Kidjo, il lancera l’organisation de la Saison des cultures africaines qui se tiendra en France en 2020 et qu’il avait annoncée lors de son discours à Ouagadougou fin 2017. Mais bien avant place au business pour le chef de l’État français. Ce mardi, il fera escale dans la capitale Abuja pour s’y entretenir avec son homologue Muhammadu Buhari, et prononcer un discours à l’Assemblée nationale, avant de se rendre à Lagos. Il est le premier président français à se rendre dans la capitale économique du géant africain. Il doit y rencontrer de jeunes entrepreneurs à la fondation Tony-Elumelu, et inaugurer le premier club d’affaires franco-nigérian avec l’ambition de doper des échanges bilatéraux encore limités entre les deux pays. Cela devrait changer rapidement, car dans les milieux d’affaires, on s’impatiente et répète à l’envi que « celui qui ne prospecte pas le Nigeria ne prospecte pas l’Afrique » !

Le Nigeria, un pays qui fait rêver les entreprises françaises

Bien que ce soit le premier voyage présidentiel d’Emmanuel Macron au Nigeria, ce ne serait pas sa première fois dans le pays. En 2002, dans le cadre de ses études à l’ENA, le chef de l’État français a effectué un stage de six mois à l’ambassade de France à Abuja. Dans Le Parisien, M. Jean-Marc Simon, alors ambassadeur de France dans le pays se souvient de cet étudiant pour son incroyable empathie envers tout le monde. Dans l’article intitulé « Quand Macron était un stagiaire à l’ambassade au Nigeria » publié le 27 novembre 2017, l’ancien diplomate rappelle l’époque, commentant l’intérêt de Macron pour la politique et le décrivant comme un jeune homme agréable, brillant et sérieux. Près de deux décennies après, cette fois à la tête du pays, la visite d’Emmanuel Macron vise à renforcer les liens bilatéraux entre les deux pays. Car il faut le savoir, le Nigeria est actuellement le pays aux 200 millions d’habitants (et bientôt 400 millions à l’horizon 2050) qui fait rêver entrepreneurs et investisseurs français. Ils seront une quinzaine à faire partie de la délégation pour le voyage présidentiel, parmi lesquels de nombreuses PME et ETI.

Attendu au Nigeria, il faut dire qu’ Emmanuel Macron bénéficie d’un contexte favorable dans ce pays après le rapprochement opéré par François Hollande sur fonds de crise au Sahel, élargie au groupe Boko Haram. D’ores et déjà un peu plus de 120 entreprises françaises y sont installées : Total, Axa, Servier, Lafarge, Danone, Peugeot, Schneider Electric, Bouygues, CFAO mais aussi Orange, Eutelsat, Konbini, Essilor, Oberthur, JCDecaux, etc. Un rapprochement mis en œuvre par Business France, une agence chargée d’assister les entreprises françaises à l’étranger, qui a ouvert récemment un bureau à Lagos. « Le Nigeria est le premierr partenaire commercial de la France en Afrique. Nous avons ouvert un bureau Business France à Lagos il y a deux ans, y voyant le fort potentiel de développement du pays », expliquait Christophe Lecourtier son directeur général. Delphine Geny-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministère de l’Économie et des Finances ne dit pas autre chose : « Notre but est d’intensifier les relations entre entreprises françaises et entreprises nigérianes. Le Nigeria représente l’avenir, avec le PIB de Lagos qui dépasse les 100 milliards de dollars et une jeunesse en pleine expansion. »

Après la pire crise économique depuis un quart de siècle liée à l’effondrement des prix du brut, le pays se relève avec une croissance attendue de 2,5 % en 2018 . Sous l’impulsion du gouvernement, le pays se lance dans un vaste plan de diversification des activités industrielles et des services pour sortir du « tout pétrole ». Le potentiel de développement est considérable dans de très nombreux secteurs comme les filières agricoles, industrielles, télécommunications, infrastructures. Il faut savoir que les cognacs, vins et vins de Champagne continuent d’être des ambassadeurs prestigieux de la France au Nigeria.

L’industrie du luxe au Nigeria est un secteur en forte expansion. On recense plus de 30 000 millionnaires (en dollars américains) dans le pays et une vingtaine de milliardaires. À titre de comparaison, le PIB de la cité-État de Lagos dépasse ceux de la Côte d’Ivoire, du Cameroun et du Sénégal réunis. De nombreuses grandes marques comme Lacoste, Polo, Rolex, Bang & Olufsen ou Villeroy & Boch s’y sont établis depuis de nombreuses années. L’offre retail s’affine sur place avec l’ouverture de plusieurs adresses de renom telles que Alara et Temple Muse.

Des résultats probants, mais…

Ce qui place la France au premier rang en termes de stocks d’IDE, et le Nigeria est son premier partenaire commercial en Afrique subsaharienne avec un volume d’échanges estimé à 3,29 milliards d’euros devant l’Afrique du Sud (2,76 milliards d’euros, + 4,4 %), la Côte d’Ivoire (1,86 milliard d’euros, – 0,9 %) et l’Angola (1,19 milliard d’euros, – 42,3 %). En 2016, les exportations françaises reculent de 10,8 % à 1,16 milliard d’euros. Le Nigeria est le 5e fournisseur d’hydrocarbures de la France, et Total est le 1er investisseur et le premier employeur français au Nigeria.

Ainsi en 2017, le commerce entre les deux pays s’élevait à 3,6 milliards d’euros. Aussi impressionnant que cela puisse paraître, une étude nigériane estime que la visite du président Macron donnerait des résultats économiques encore plus probants si les opportunités d’investissements bilatéraux étaient effectivement exploitées.

Au-delà des aspects pro-business, mercredi 4 juillet, le président français devrait inaugurer le magnifique nouveau bâtiment de l’Alliance française situé à Ikoyi. Le futur haut lieu de l’apprentissage de la langue française à Lagos. Un prolongement bienvenu dans ce pays entouré de pays francophones.

Le Point Afrique

Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Cliquer juste pour partager ...